Stargate SG-1/Atlantis

Nouveau forum de Stargate regroupant les deux galaxies de la saga pour un RPG complet! Rejoignez-nous!
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Septine d'Abîme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dagda
Commandant Suprême et Scientifique Tuatha
Commandant Suprême et Scientifique Tuatha


Messages : 641
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 34

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe: Vanir

MessageSujet: Septine d'Abîme   Lun 14 Mar - 12:07

D'abord, une petite intro.

Ce qui se trouve ici est le résumé d'une campagne jdr sujr table dans le monde d'Agone, de Mathieu Gaborit.

Bonne lecture à tous, si besoin est, je rajouterai un texte explicatif sur ce monde...

_________________
Findias, planète des espoirs Tuathas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagda
Commandant Suprême et Scientifique Tuatha
Commandant Suprême et Scientifique Tuatha


Messages : 641
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 34

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe: Vanir

MessageSujet: Début   Lun 14 Mar - 12:08

Abîme, le quatre du Dragon













Ma chère moi,

C’est avec fierté que je t’écris ces quelques mots. Je sais que ce réveil prouve que ma quête a été veine et que les lois des immortels de notre monde ne peuvent être contournées, même avec le don des Muses… Saches que tu ne trouveras ici que la seconde moitié de ma vie, du moins, la seconde moitié publique de celle-ci. Mon carnet privé se trouve dans des affaires dont tu hériteras chez un ami notaire de la cité, un Satyre, maître Verte-Tige, de la plus pure espèce, si tu doutes de trouver son office, suis les cris de nourrissons et tu atterriras chez lui ou ses descendants qui ont les mêmes manies que lui. Ce notaire te fournira plus qu’un simple extrait de ma vie privée, il te donnera de quoi pratiquer les arts et l’argent que j’ai accumulé, cela t’aidera à débuter notre nouvelle vie, la tienne. J’espère que tu auras toujours le don des Muses, avec un peu de chance, avec le temps, tu auras réellement mes souvenirs dans ta mémoire, plus vivaces que de simples écrits. Pour ce qui est de la première partie de ma vie, le cercle et la Renégade, il te faudra trouver une personne de confiance, Maër d’Obside, un minotaure qui pratique un métier étrange pour les siens, il est horloger, mais avant tout, il reste un minotaure, il devrait se souvenir de moi.


Prends soin de nous et bonne lecture,














Septine






P.S. : Cette date doit te sembler étrange, mais les automnins pourraient facilement t’expliquer cette datation… Tu trouveras, d’ailleurs, les explications et le calendrier modifié que j’utilisais, chez le notaire.

_________________
Findias, planète des espoirs Tuathas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagda
Commandant Suprême et Scientifique Tuatha
Commandant Suprême et Scientifique Tuatha


Messages : 641
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 34

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe: Vanir

MessageSujet: Le princéen   Lun 14 Mar - 12:09

Le princéen

Je commence mon récit alors que nous venions de quitter le cimetière de cathédrale, tu en trouveras mention dans le dossier de la Renégade, égard à ce qui me mena en ces lieux. Mais commençons par une présentation des personnes de ma quête, ceux avec qui je fais route, grâce aux Muses. Je ne nommerai personne ici, soit leurs noms m’échappent et prouve l’importance qu’ils ont à l’heure où j’écris, soit, je ne dois les nommer…

La première est une sœur de Lorgol, Hautine. Je ne l’aime pas trop, elle a déjà prouvé que le don des Muses pouvait servir à de mauvaises fins…
La seconde est une autre fille de l’hiver. Je n’ai pas retenu si elle a gardé le même nom que lors de notre première rencontre, je l’appellerai donc ‘ma fille’, tu en trouveras mention dans les dossiers de la Renégade.
Le troisième est un minotaure assez célèbre, bien que son nom importe peu, il est pacifiste et connu comme un excellent soigneur. Je comprends le point de vue des autres sur lui, dans la Renégade.
Le quatrième est un autre fils de ‘la Bête’. Il ne s’est pas nommé, pas encore, mais sa taille en impose, autant que les armes qu’il porte, un vrai minotaure! Un vrai fils de la Renégade. Le genre de personne que j’aimais avoir avec moi lorsque je travaillais pour la Renégade.
Le cinquième et dernier est un printanier, un neveu de Malicène. On peut le caractériser par deux choses, son matériel de peintre, mais surtout, le gouffre qui lui sert d’estomac!

Hors donc, au début de mon récit, je voyageais avec les trois premiers de la liste. ‘Ma fille’ se montrait à la hauteur de ce dont je me souvenais d’elle, aventureuse et débrouillarde. Dans cette visite du cimetière, un dénommé, Iosta nous avait laissé entendre que celui qui l’avait emprisonné avait formé un danseur unique pour l’usage d’un sortilège singulier. Cette histoire me rappelait ce que nous devions faire pour Elias, au sujet de son père, Mélias. Notre premier trajet nous ramena en arrière, à Lorgol, contrairement a ce que nous avions prévu au départ, aller de l’avant, vers les communes princières où une personne nous avait été renseignée comme une aide potentielle, un dénommé Jérôme Alcanter. Ainsi, quelques jours après avoir quitté le cimetière, nous rentrâmes à Lorgol pour récupérer le ‘ventre sur pieds’. Il devint particulièrement intéressé lorsque nous abordâmes le sujet de la cave de la maison d’Elias, cette dernière était couverte de fresques murales, quatre, pour être précise, ces fresques n’étaient autre que des tableaux passages, un art quasi perdu du Décorum. Nous décidâmes de passer par le tableau qui montrait les communes princières, ce qui nous épargnait un long trajet. Je dus donc me séparer d’Eoline, ma monture. C’est avec le cœur lourd que je demandais à un membre de l’équerre de la conduire à ‘La lune bleu’, là, je savais que l’on prendrait soin d’elle. Une fois dans les communes princières, je regrettais mon manque de clairvoyance dans le choix de mes cours de langues… Je n’avais pas jugé utile d’apprendre cette langue, les membres de ce pays n’ayant que peu de monument qui pouvait demander l’usage de mon art…

Après une nuit de repos, nous nous reprîmes notre chemin, jusque chez Mestre Alcanter. Le domaine était impressionnant, une foultitude d’animaux se trouvait ici, au bon soin des membres du domaine. Une fille nous fit bon accueil à l’entrée du domaine, elle nous mena aux cuisines, ou nous mes amis patientèrent. Ne me sentant point fort bien, je dus demander qu’on me conduise à une chambre, la charmante jeune fille me conduisit. J’eus la chance de croiser notre dernier compagnon durant ce bref trajet, un minotaure de grande taille, une créature forgée pour le combat dans les entrailles de la succube qui lui avait donné le jour! Je pris donc du repos. Je me relevai dans la nuit, et j’eus la chance de croiser le maître de la maisonnée, Mestre Alcanter. Nous prîmes une collation ensemble dans son bureau. C’est là, qu’il me narra les évènements que je n’avais pas vu de mes yeux. Mais je fais toute confiance au récit qu’il m’en fit.

Il avait croisé Hautine dans le couloir, à la recherche de la chambre. Jérôme l’envoya au salon, bien qu’il eut préféré son bureau, la petite dame étant des plus désagréables, selon lui et il avait, pourtant, vu pas mal de fées noires dans sa vie. Une fois à la cuisine, il fit la connaissance du reste de l’équipe qui était sous la garde de son maître d’arme et prévôt. Il les invita à aller au salon et prit un certain plaisir à envoyer le minotaure du domaine pour chercher Hautine. Son bureau, que j’ai eu l’occasion, puisque nous prîmes la collation dans ce dernier, montrait l’amour pour les arts de ce Jérôme qui, lui aussi, avait le don des Muses. Ce bureau était une sorte d’atelier de dilettante des arts, peinture, sculpture, musique, poésie… tous les arts des Muses se trouvaient là. Je le laissais conter l’histoire de la discussion. Le printanier lui avait été envoyé pour finir de le former à l’art de la peinture, mais pas seulement pour ca. Le reste avait été envoyé pour avoir des informations sur notre mission, trouvé quatre sphères contenant des souvenirs, mais aussi, le danseur qui savait lancer le sort. Il les avait aiguillés vers Islana et le palais de diamant. Nous eûmes une longue discussion plus privée, en suite, sur nos lutes et sur nos espoirs, et sur ce que nous pouvions faire l’un pour l’autre. Je convaincs, avec lui, de revenir pour qu’il m’enseigne les choses qui m’échappaient encore sur les arts que je ne connaissais pas bien. Il me sourit en me disant qu’il m’accueillerait avec plaisir, d’autant plus que je mangeais moins que l’élève que Malicène lui envoyait… Je l’ai donc laissé aller et je repris le chemin de ma chambre. Le lendemain matin, les discussions du matin tournaient encore sur mes compagnons et d’où ils venaient. Le Maître des lieux nous parla, encore, comme le jour précédent, d’un de ses amis, Sorcasme, un autre membre de la lutte. Il nous le présenterait à l’occasion. Je me réjouissais intérieurement de cette future rencontre. Jérôme laissa le minotaure de domaine partir avec nous. Ce dernier vint donc avec nous, il portait une lettre de recommandation pour nous permettre d’entrer dans le palais de diamant. Une fois dans Tslana, nous demandâmes notre chemin, nous le trouvâmes sans trop de problèmes. On nous demanda de participer à une sorte de jeu, pour parvenir à la sphère. Nous nous pliâmes à cette épreuve, bon gré ou mal gré, suivant les cas. Ce palais était plein de la magie de la Geste. Je souris intérieurement en estimant le prix que l’équerre avait du demander pour construire un tel ouvrage. La première salle était une énigme architecturale. Une forme irrégulière et pas de porte visible. Ce fut ‘ma fille’ qui trouva la porte, en usant de magie avec son danseur. Je reste persuadée que le calcul des angles des miroirs et du jeu de lumière pouvait nous mener à la porte, aussi surement que la magie. Dans la seconde, nous utilisâmes la même ruse. Pour ce qui est de la troisième, nous nous trouvâmes dans un espace tordu par la geste, le trajet en étant long et complexe, mais simple lorsqu’on le prenait. Puis, nous eûmes un labyrinthe dans la pièce ‘Agone’ avant de pouvoir voir la sphère. Elle était là et bien une de celle que produisait le sort dont nous cherchions les objets et le danseur. Je fis une copie de cette sphère, une copie rapide et qui ne durerait que nonante-six heures. Nous décidâmes donc de partir. Le maître des lieux nous félicita pour le temps que nous avions mis et il nous donna une lettre de course, celle-ci nous donnait logis gratuit en la coté et des avantages dans les boutiques, mais nous ne pouvions nous attarder trop en ces lieux, le temps étant compté… Nous laissâmes donc Tslana pour partir vers Sasmyiana, et de la prendre le bateau pour le désert de Keshe et Messira. J’avais hâte de revoir Ipsum et de lui donner ma lettre, concernant le problème que la Renégade m’avait confié… Mais nous avions encore un certain temps de voyage, temps qu’il faudrait utiliser au mieux, d’autant que les souvenirs de ma mémoire me revenaient par vague, avec les connaissances qu’ils renfermaient… Une personne me manquerait, Mestre Alcanter et son savoir…

_________________
Findias, planète des espoirs Tuathas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagda
Commandant Suprême et Scientifique Tuatha
Commandant Suprême et Scientifique Tuatha


Messages : 641
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 34

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe: Vanir

MessageSujet: Re: Septine d'Abîme   Mer 18 Mai - 12:11

La cité universitaire

J’avais eu l’occasion de voir le sanctuaire de mes compagnons de route. Nous étions toujours en recherche des sphères, et Namur nous fit la surprise de nous envoyer une lettre mentionnant une des sphères dans une cité universitaire, Laeghdoved. Nous nous dirigeâmes donc vers la ville, mais sans ma chère compagne succube. Le minotaure que mestre Alcanter avait laissé venir avec nous, fut d’une agréable compagnie, sur la route. Nous nous retrouvâmes vite devant la cité universitaire. Nous acceptâmes le règlement des lieux, même si ce fut à contrecœur. Nous prîmes notre logement dans la pension qui nous fut assignée. Une fois cela fait, nous nous retrouvâmes à chercher la sphère dans les différentes collections d’arts qui étaient dispersées dans les différentes bibliothèques. Nous n’avions pas encore trouvé que nous nous faisions appréhender par la garde pour un vol que nous n’avions pas commis… Mais je vais un peu vite, passant l’arrivée d’une délégation des terres-veuves, des cousines qui arrivaient à point nommé! Mais cela ne change pas notre incarcération, avant même d’avoir pu parler avec mes sœurs de l’hiver. Nous fûmes conduits dans le hall de la garde et les propos rétifs de Hautine, nous valurent de passer à la question sous les mains d’un obscurantiste. Certains n’en sortirent pas sans une trace, un diablotin farceur au mieux, un démon facétieux au pire… Mais, une fois dans notre cachot, et Hautine hors d’état de nous nuire verbalement, nous eûmes une visite, celle d’un jeune homme, il faisait partie des ‘lames grises’. Il nous aida à sortir de là, en s’excusant que les plans de son groupe pour l’amélioration de la vie dans la cité, ne nous fasse atterrir en prison. Il nous fit sortir, moyennant la promesse de notre aide, aide qui lui fut acquise, de part son statu, mais aussi, de part ses vues sur le conseil et les décisions du dit conseil. Nous nous retrouvâmes en compagnie de ternes, mais qui en savaient long sur l’inspiration… Nous nous retrouvâmes à conspirer, après notre relaxe officielle. Hautine resta blessée, et lorsque notre chère succube, ‘ma fille’ comme je l’appelle, vint enfin nous rejoindre, je vis qu’elle était fâchée avec Hautine, et à juste titre. Hautine qui donnait injustement de la voix contre son état. Nous l’endormîmes pour mener un conseil de guerre, le conseil se réunissait et il était temps d’agir! Nous nous mîmes tous au travail, certains sur une fresque, d’autres sur des copies d’objets et les derniers, pour préparer l’assaut en lui-même. Hautine finit par être soignée, contre l’avis de notre minotaure soigneur, mais il nous fallait plus de puissance magique… Bref, le jour prévu, la fresque devint un passage, nous nous engouffrâmes dans la salle, arrêtant le temps pour les membres de l’assemblée, et modifiant les mémoires. Une fois cela fait, nous retournâmes dans les soubassements, par le même chemin qu’à l’aller. Nous observâmes la fin de la réunion et la victoire de l’inspiration! Nous profitâmes de la fin du séjour pour apprendre. Après tout, nous étions dans une cité universitaire… Alors que nous allions partir, nous fûmes invités pour une dernière fête, notre ami, D’Orion D’Anthes nous remis deux pendentifs et la sphère. Nous savions que nous serions les bienvenus. Notre prochaine étape serait le sanctuaire avant de reprendre la route, avec en vue, les Terres-veuves…

_________________
Findias, planète des espoirs Tuathas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Septine d'Abîme   Aujourd'hui à 11:54

Revenir en haut Aller en bas
 

Septine d'Abîme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stargate SG-1/Atlantis :: Zone Communautaire :: Fan Fictions-