Stargate SG-1/Atlantis

Nouveau forum de Stargate regroupant les deux galaxies de la saga pour un RPG complet! Rejoignez-nous!
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth Weir
    Atlantis ▌ Dirigeante Civile

Atlantis ▌ Dirigeante Civile
avatar

Messages : 1170
Date d'inscription : 06/01/2011

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe:

MessageSujet: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Lun 21 Mar - 19:51

~ Ça va aller Elizabeth, ne t'inquiètes pas ~

~ Tiens bon Liz je t'en supplie ~
~ Le docteur Weir est morte ~
~ Nous sommes avec vous Elizabeth. Battez-vous ~

Tu vas mourir sale humaine


Le Wraith s'avança lentement vers elle. Elle ne pouvait bouger, paralysée par la peur. Il pose alors sa paume de main contre sa poitrine. Une douleur lancinante transperça son corps. Tous ses membres se mirent à trembler à cause de la souffrance. Des larmes naquirent au coin de ses yeux, puis petit à petit son regard se voila... Elle quittait ce monde dans la douleur et la peur... La dernière image qu'elle vit été ce sourire sadique du Wraith qui ôtait la vie.

~

Elizabeth se réveilla en sursaut affolée, effrayée. Des sueurs froides se répandaient lentement en elle. Un Cauchemar, ce n'était qu'un cauchemar. Elle se leva rapidement, provoquant un mal de tête suivi d'un petit vertige. Titubant légèrement, arriva dans la salle de bain où elle s'éclaboussa le visage d'une eau glacée. Quelques minutes plus tard elle était calmée... Dans un soupir d'agacement elle alla s'asseoir sur le divan et se recroquevilla sur elle-même, observant d'un air absent la nuit étoilée. Petit à petit la jeune femme replongea dans le royaume de Morphé.

Le lendemain, elle se réveilla avec un bon mal de dos et quelque peu fatiguée, son sommeil avait été tout sauf réparateur.... Elle prit alors sa douche et se vêtit de son éternel uniforme avec ce tee-shirt rouge qu'elle affectionnait tan. Elle se dirigea ensuite au mess pour se servir un long café bien chaud. Elle s'installa à un table un peu en retrait, le regard perdu dans l'horizon que lui offrait la vue.
Le regard fixe ses longs doigts fins entouraient sa tasse, Elizabeth était perdue dans ses pensées. Personne n'osa interrompre sa réflexion. Elle se leva enfin, se resservit une tasse et alla à son bureau. Les officiers furent surpris de voir la dirigeant arriver à cette heure, d'habitude elle était beaucoup plus matinale.

La journée se passa sans soucis majeurs. Heureusement aucune attaque eut lieu, ni d'activation non -souhaité de la porte des étoiles. Elizabeth travailla ses nombreux rapports qui traînaient dans son bureau, assista au débrieffing de SGA-3 et SGA-5. Elle effectua également le briefing pour SGA-2 et les accompagna jusqu'à la porte. Son dos lui était encore douloureux et la fatigue se faisait légèrement sentir et pourtant, la jeune femme restait souriante et de bonne humeur en apparence. La journée de travail allait se finir, tout du moins pour la plupart du personnel. Elizabeth consulta sa montre, bientôt le soleil allait se coucher derrière d'horizon. La dirigeant décida alors de prendre une petite pause, cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas accordée ce petit plaisir, celui d'assister au magnifique couché de soleil depuis un balcon de la cité. La diplomate replaça une de ses mèches de cheveux derrière son oreille, se leva, ferma son ordinateur et sortie.

~


Pour une raison inconnue une musique lui vient en tête, la mélodie de « Beauty from pain » retentissait tristement dans son esprit.

Ce balcon fut le premier lieu qu'ils avaient découvert après la remontée miraculeuse de la cité à la surface, la jeune femme en été tombé instantanément amoureuse. Depuis, dés qu'elle le pouvait, la diplomate s'y rendait pour respirer un peu de l'air frais et maritime La jolie brune s'approcha du rebord, un doux souffle lui caressant le visage et une odeur de sel lui chatouillant les narines. Elle s'accouda à la rambarde et laissa ses pensées vagabonder devant le spectacle qu'allait lui offrir la nature. La veille elle avait fait de nouveau un cauchemar où elle perdait la vie. Elle se remémorait alors les fois où elle avait failli mourir. La première lorsque toute petite elle avait été victime d'une forte fièvre, la seconde lorsqu'elle avait eu un accident de moto, la troisième lorsque Kolya avait pris le contrôle de la cité et que pour punir John il l'avait menacé plusieurs fois d'une arme et enfin lorsque contaminé par des nanites ces derniers lui avaient fait croire qu'elle était folle... Dans son rêve elle finissait par être tué par un Wraith... Elizabeth soupira, ce cauchemar la hanté depuis une semaine et il était de plus en plus intense... Elle savait pourquoi.... Son anniversaire était demain. Elle savait que c'était idiot de réagir de cette façon à ce jour si banal... Mais elle n'aimait pas le fêter... Oh bien sûre qu'on lui souhaite lui faisait toujours très plaisir, car cela signifiait qu'ils pensaient à elle, mais cela lui laissait toujours un certain goût amer.... Ce fut sur ces pensées qu'elle s'abandonna à la contemplation des lumières magiques que lui offrit le ciel de la planète. De magnifiques nuances colorés se mélangeaient avec grâce, bientôt le soleil disparaîtra en un minuscule point vert.

_________________
userbar

Elizabeth Weir ϟ " There's a light at each end of this tunnel" ©️ sevenleague.

Spoiler:
 


Dernière édition par Elizabeth Weir le Dim 1 Mai - 10:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Mar 22 Mar - 16:04

John s'était enfermé dans ses quartiers, l'après midi était déjà bien entamée et le Lieutenant-Colonel devait rédiger un fastidieux rapport de mission. Il avait passé sa matinée dans une réunion où il avait convié certains militaires chargé de la sécurité de la Cité. Eh oui son travail ne se résumait pas à tirer sur tout ce qui bougeait, il devait aussi effectuer des tâches plus administratives ce qui n'était d'ailleurs pas pour lui plaire. Au début de l'expédition la compréhension entre chacun s'était avéré difficile, il y avait des Allemands, des Russes ou encore des Espagnols d'affecté à la sécurité de la Cité. Aujourd'hui tous se comprenaient à présent, il y avait eu des efforts de fait pour parler la même langue. John lui n'avait fait aucun effort pour apprendre le Russe ou l'Allemand, ça n'avait jamais été sa tasse de thé les langues étrangère au lycée.

Sheppard commença à taper son rapport sur son ordinateur, la mission datait de quelques jours seulement, une mission d'exploration tout à fait banale avec la rencontre d'un peuple autochtone pas très loquace. Heureusement cette fois-ci SGA-1 n'avait pas été pris en otage. Cela était arrivé assez fréquemment depuis leur arrivée sur Atlantis. Quelques fois c'était John tout seul qui était pris en otage. Récemment il y avait eu cet épisode avec Kolya et Todd, John avait bien cru qu'il allait y rester, se faire vider de son énergie par un Wraith était vraiment horrible. Le Lieutenant-Colonel avait été sur le point de mourir, heureusement lui et le Wraith avait réussi à trouver un compromis et à s'allier pour s'échapper des griffes de Kolya qui avait une fâcheuse tendance à coller au train de l'expédition depuis ses débuts. Il faudrait un jour songer à refroidir ce type. En tout les cas cette alliance avec Todd avait été une expérience très spéciale dont le souvenir dans l'esprit de John ne pourrait jamais s'enfuir. L'ancien Major ne savait toujours pas si Todd était quelqu'un de confiance et il s'en méfiait donc grandement même s'il lui avait sauvé la vie.

Après près d'une heure à taper sur les touches de son clavier, John se leva et se frotta la nuque, il s'étira puis rejoignit son lit où il s'allongea. Il mit en marche sa chaîne Hi-Fi et la musique de Johnny Cash intitulée Hank and Joe and Me se lança. John regarda le plafond ses mains derrière sa tête, il respirait lentement et commençait à se remémorer de nombreux souvenirs. La musique était tout à fait propice à la remontée de certains souvenirs parfois plus ou moins agréables. John était détendu et ne pensait plus à rien d'autre qu'à ces souvenirs qui défilaient dans son esprit...


25 Mai 2002 - Afghanistan

John se trouvait derrière la carcasse d'un hélicoptère à moitié carbonisé en plein désert. Plusieurs ennemis étaient visibles au loin... John entendit des gémissements et sortit son pistolet. Il jeta un coup d'oeil dans la carcasse et vit un militaire se tortillant de douleur

-Capitaine Holland?
-Sheppard qu'est-ce que vous foutez là?
-Accrochez vous Capitaine, je vais vous sortir de là.
-Fous le camp John, la zone est pleine de talibans!
-Pas sans toi. Appuis toi sur moi
-Tu désobéis encore.
lança Holland dans un gémissement de douleur

John extirpa le Capitaine de la carcasse, ses blessures étaient graves, Sheppard devait rejoindre un point d'extraction. Il avait désobéit en se rendant sur les lieux du crash. Le capitaine avait passé son bras autour de l'épaule de John. Ils avançaient lentement...
Voilà plus d'une heure qu'ils marchaient.

-Je vais mourir Sheppard n'est-ce pas?

***

John sortit soudainement de cette pensée, cherchant à éviter de se remémorer la mort de son ami Holland qui mourut presque dans ses bras.
Le Lieutenant-Colonel se leva de son lit un peu bouleversé par ce qu'il venait de revivre. Il vit alors un petit papier froissé sur sa petite table. Il le prit et le déballa, John ensuite le remballa en le froissant et le mit dans sa poche. Il s'approcha de son ordinateur, enregistra son travail et ferma la page. Il n'avait plus la tête à son rapport.

John sortit de ses quartiers, se rendit au téléporteur le plus proche. Il se rendit dans la salle des opérations principales de la Cité. Lorsqu'il sortit du téléporteur, le soleil commençait à se coucher, John consulta sa montre et décida de se rendre au balcon qui surplombait l'océan et offrait ainsi une vue magnifique. C'était un lieu d'exception charmant que même un militaire endurci pouvait tout à fait apprécier. Lorsqu'il arriva sur le balcon, il vit Elizabeth Weir sa supérieure, la dirigeante de la Cité et aussi une amie pour lui.


-Ah Dr.Weir! John s'approcha d'Elizabeth, posa ses coudes sur la rambarde du balcon et fit un charmant sourire à sa supérieure comme s'il voulait se faire accorder une faveur... Bon sais je devrais être en train de faire mon rapport, je vous l'avez promis pour ce soir... mais un petit manque d'inspiration. J'ai du mal à choisir un adjectif pour qualifier le peuple que nous avons rencontré... à vrai dire j'hésite entre bourru, pas très causant ou encore humm bougon. Finalement je crois que j'opterais pour acariâtre.

On pouvait déceler un ton ironique dans la voix du Lieutenant-Colonel, encore une fois il n'allait pas pouvoir respecter ses délais mais il fallait le comprendre, la paperasserie n'était pas faite pour lui. Il allait certainement prendre une remarque cinglante par Elizabeth mais il était habitué et elle était aussi habituée à sa non ponctualité. Il aimait bien faire râler le Dr.Weir, ça lui donnait un certain charme. Pour l'instant, John profita de la vue et du soleil couchant qui devrait peut-être lui redonner l'envie et la force de continuer son rapport... plus tard.

Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Weir
    Atlantis ▌ Dirigeante Civile

Atlantis ▌ Dirigeante Civile
avatar

Messages : 1170
Date d'inscription : 06/01/2011

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe:

MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Mer 23 Mar - 16:16

Elizabeth était toujours devant l'océan qui s'étalait à perte de vue. Elle aimait le fait qu'Atlantis soit comme une petite île, isolée, tranquille au milieu de nulle part...Seul l'eau les entourait et cela apaisée la jeune femme pour raison simple... L'eau, avec le vent, était son élément préféré... Pourquoi ? Ils représentaient tous deux la liberté... voilà ce qui plaisait tan à la jeune femme, le fait de se sentir libre. Depuis toujours elle avait souhaité devenir une femme indépendante. Face à un père autoritaire la débrouillardise avait été de mise et Elizabeth s'en était toujours très bien sortie, tout du moins la plupart du temps. Aujourd'hui lorsqu'elle se regardait dans le miroir elle voyait cette femme forte que son père avait toujours voulu qu'elle fut. Cela lui faisait plaisir, mais l'attristait également... Certes, elle avait réussi a faire une carrière politique exemplaire, elle était a présent dans les postes les plus importants de la société. Elle avait réussi a s'imposer dans son monde d'hommes tout en restant une femme... Son père aurait donc était fière.. tout du moins elle l'espérait... Mais elle avait peur de déçue sa mère... Elle n'avait pas fait ce qu'on appelait à l'époque « Le devoir d'une femme »... Combien de fois sa maman lui avait demandé quand est ce qu'elle deviendrait grand-mère ? Et à chaque fois Elizabeth répondait qu'elle avait trop de travail pour penser à cela...
Puis venu l'époque où Simon et elle vécurent une belle histoire d'amour, elle avait alors vu les yeux de sa mère s'éclairer d'un éclat nouveau... Cet éclat disparu lorsqu'elle lui annonça qu'elle laissait le jeune homme aux Etats-Unis pendant qu'elle partait dans un obscur pays de l'Est... Elle lui avait menti... Mais elle n'avait pas pu lui révéler qu'elle allait participer à l'expédition la plus importante pour la race humaine... Elle lui en avait voulu un certain temps... Heureusement l'amour qui les reliait été plus fort et la vieille dame avait enfin accepté que sa fille fasse ce qu'elle pensait le meilleur pour elle, bien qu'elle pensait que la présence d'un homme auprès d'elle l'aurait fait tombé dans un bonheur sans limite... La dirigeante savait que sa mère avait raison... Et malgré le fait qu'elle eut aimé Simon, Atlantis avait été plus forte. Lorsqu'elle était revenue sur terre, souhaitant l'emmenait avec lui pour pouvoir enfin conciliait les deux, le sort s'était acharné sur elle, Simon en aimait à présent une autre. Au bien sûre on ne pouvait pas dire que cela ne lui avait rien fait au contraire... Elle s'était comme sentie trahie, mais elle savait au fond d'elle-même qu'il avait bien longtemps que c'était fini entre eux... Depuis qu'elle avait choisi Atlantis à l'instar de son amour pour l'américain.
La douce lumière qui se dégageait du ciel l'apaisée... Elle avait beaucoup, mais aussi énormément gagné... Un léger soupir s'échappa de ses lèvres, alors qu'elle observait l'horizon, toujours accoudée à la rambarde. Soudain un bruit sourd se fit entendre, le léger son de la porte d'entrée du balcon...

Elle se demandait qui pouvait la déranger ici.. D'habitude il n'y avait pas grand monde qui venait sur ce balcon-ci... En effet il y en avait beaucoup d'autres sur la cité et celui-ci n'était pas le mieux plaçait... Elle réfléchit et trouva rapidement une réponse... Reste à savoir si elle avait raison. Le son des pas, la démarche... Elle ne semblait pas dans le faux... C'est lorsqu'elle entendit la voix du chef militaire. Elle se redressa alors, laissant juste ses mains sur la barrière. Elle décrocha son regard émeraude pour le poser sur le jeune homme.


« Colonel... »
dit-elle simplement un léger sourire se dessinant sur ses lèvres. Elizabeth se tourna alors vers lui et plissant légèrement les yeux elle le regarda de façon suspect.... Ce sourire... C'était sûr il voulait lui demander quelque chose... Elle se rappela alors qu'elle lui avait demandé son rapport ce matin... Rapport qui aurait du être sur son bureau il y a déjà deux jours... qu'avait-elle fait pour avoir un pareil chef militaire... D'un autre côté c'était elle qui l'avait choisi... Elle écouta alors patiemment le jeune homme, voir comment cette fois encore il allait se sortir du pétrin dans lequel il s'était plongé... C'était toujours très amusant à voir, cette façon qu'il avait de chercher la moindre petite excuse. Elle se tourna alors entièrement vers lui et croisa les bras d'un air réprobateur.

Etonnée par l'excuse quelque peu farfelu que venait de lui lançait le colonel elle leva un sourcil en signe de scepticisme.


« Colonel Sheppard... Je devais avoir ce rapport il y a deux jours... Si vous continuez je vais devoir penser à des sanctions »
dit-elle d'un faux ton de réprimande. Bien sûre ses yeux laissaient comprendre qu'elle plaisantait.. tout du moins qu'elle n'était pas sérieuse à 200%... Après tout, après l'acception de ses retards en briefing, qui leur permettait de prendre un petit café avant, pourquoi pas l'acceptation de ça... Oh une chose est sûre elle ne lui avouera pas et continuerai à le réprimander sur ce comportement.

« Peut-être que ce spectacle vous donnera cette envolée lyrique dont vous manquez tan. » dit-elle d'une voix plus tendre désignant le couché de soleil. Elle se replaça face à l'océan appréciant ce moment. Ce n'était pas la première fois qu'elle assistait à un couché de soleil, mais ceux d'Atlantis étaient vraiment exceptionnels. Elizabeht décida de ne pas prendre la parole, appréciant la conversation, mais aussi ce silence qui n'avait rien de gênant, ce qui n'était pas le cas avec n'importe qui.

_________________
userbar

Elizabeth Weir ϟ " There's a light at each end of this tunnel" ©️ sevenleague.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Jeu 24 Mar - 0:27

Voilà près de trois années que John et Elizabeth se côtoyait, chacun avait son caractère et certaines confrontations entre eux n'avaient pas été simple. John avait déjà essuyé plusieurs refus de la part d'Elizabeth pour mener certaines actions. Dans un sens il la comprenait puisqu'en général ces actions étaient très souvent dangereuse voir suicidaire ou défiait parfois l'éthique civile. Elizabeth était une femme droite, attachée à la justice et à des valeurs politiques et démocratiques importante. Il était évident qu'un militaire avait une manière de penser différente de celle d'une personne civile. Cela s'était notamment vérifié lors de ces dites confrontations entre Sheppard et Weir. Chacun voulait protéger Atlantis à sa manière, si pour John cela passait par le combats, les peines perdues et parfois les manières fortes, pour Elizabeth cela était tout autre. En effet pour la chef civile de l'expédition, la préservation des membres d'Atlantis était crucial tout comme John mais l'angle d'appréhension n'était pas la même. Ne pas foncer tête baisser, privilégier la diplomatie était notamment des points très fort dans l'esprit du Dr.Weir. Ces deux modes de pensées avaient parfois fait des étincelles lorsque le Lieutenant-Colonel et Elizabeth s'opposaient. Néanmoins, leur relation était bien plus profonde qu'une simple et banale relation professionnelle de supérieur à membre de l'expédition. En effet, ils étaient devenus des amis, de bons amis même. Bien sûr face aux autres il ne montrait que le visage professionnelle de leur relation mais lors de moment de détente où lorsqu'ils discutaient seul, leur amitié ressurgissait. Cela passait par des sourires, de l'humour et une écoute mutuelle complice.

Lorsque Sheppard vit le sourire sur les lèvres d'Elizabeth dès lors qu'ils s'étaient salué, il sut que leur conversation allait être peut-être moins formelle et plus détendue. Ce coucher de soleil parlait d'ailleurs de lui même, John doutait que face à un tel spectacle l'évocation d'une inspection de Richard Woolsey allait enjoliver la conversation et par la même occasion ce cadre paysager magnifique.
Lorsque John eut dit qu'il n'avait pas terminé son rapport, sa supérieure opta pour un faux ton de réprimande et une attitude mimant la sévérité ce qui fit sourire John qui s'était lui aussi redressé pour faire face à Elizabeth. Ce ton ironique montrait justement que le dialogue s'était orienté vers quelque chose de plus posé et plus informel. De toute manière Elizabeth était habitué aux retard fréquents de son chef militaire. En effet, John aurait du rendre ce rapport il y avait deux jours de cela mais entre les patrouilles dans la Cité, la vérification de l'armurerie, l'arrivée du Dédale, la lecture et le golf, il n'avait pas eu le temps nécessaire à la rédaction complète de ce rapport.


-Deux jours déjà? Non je ne vous crois pas Elizabeth... je suis si en retard que ça? J'espère que vous ne me sanctionnerez pas trop... surtout si je vous dis que ce spectacle me donne plus envie de jouer au golf que de partir dans une envolée lyrique comme vous dites.

John adressa un grand sourire à sa supérieure puis s'accouda de nouveau à la rambarde, il observa d'ailleurs sa supérieure mais lorsqu'elle reprit une position de contemplation en s'accoudant elle aussi, il porta son regard vers ce soleil rosé qui disparaissait peu à peu comme englouti par l'océan. Un long silence régna, chacun observant ce phénomène naturelle apaisant.

-Ce cadre est très joli. Ne vous moquez pas Elizabeth mais un militaire peut-être tout aussi sensible à un coucher de soleil que quiconque... C'est... apaisant, ça permet de réfléchir, mais aussi de penser à ses souvenirs et de se remettre en cause. C'est peut-être indiscret mais... à quoi pensez vous quand vous venez observer un coucher de soleil? ... Quoi? J'essaye de converser c'est tout.


John avait porté son regard sur Elizabeth à présent, il était assez maladroit, voir même beaucoup et dès que l'on sortait du sport, des armes ou des engins militaires volants... John avait moins d'aisance orale. Le militaire lança un regard à sa supérieure qui montrait sa maladresse mais qui en même temps conjurait au Dr.Weir de ne pas rire de cette même maladresse. Après tout, il aimait les coucher de soleil mais quand il y avait quelqu'un à ses côté autant essayer de dialoguer pour rendre la chose moins ennuyante et plus vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Weir
    Atlantis ▌ Dirigeante Civile

Atlantis ▌ Dirigeante Civile
avatar

Messages : 1170
Date d'inscription : 06/01/2011

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe:

MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Ven 25 Mar - 22:37

C'était donc le colonel Sheppard qui l'avait « dérangé » dans sa contemplation... Elizabeth ne lui en voulait pas, de toutes façons à quoi bon lui en vouloir ? Ce balcon ne lui appartenait pas après tout. Et puis c'était John.. C'était toujours un plaisir de parler avec ses amis et il faisait partie de cette catégorie là. A son arrivée il lui sourit d'un air charmeur... Ce sourire avait, selon les rumeurs qui parcouraient la cité, fait de nombreuse victimes. Bien sûre, ce sourire n'était pas sans idées derrière sa petite tête, il avait quelque chose à lui demander.. A se faire pardonner.. Ce colonel était vraiment un enfant lorsqu'il s'agissait des paperasseries... Ou autre chose qui concernait l'administratif... Il était toujours en retard... Et ne rendait jamais son rapport à l'heure... Et pourtant cela tout son charme, enfin pas vraiment, mais cela faisait partie du personnage. Un sourire amusé se dessina sur le visage de la dirigeante lorsqu'il lui annonça que ce spectacle lui donnait envie de jouer au golf. La dirigeante n'avait jamais réellement compris un tel engouement pour ce sport.... Certes elle n'avait encore jamais eu l'occasion d'y jouer cependant tirer dans une balle ne lui semblait en rien passionnant... Contrairement à la traduction de texte ancien qui datait de milliers d'années...

« Dans un sens... Qu'est ce qui ne vous donne pas envie de jouer au golf ? »
demanda-t-elle d'un ton taquin tout en s'accoudant à la rambarde.
La dirigeante avait laissé place à la femme. C'était la fin de journée, elle était fatiguée et les lumières du ciel permettaient de se prêter facilement à la détente. Ce ciel lui donnait quant à elle par contre une âme de poète... Toutes ces couleurs qui se mélangeaient avec harmonie et douceur... Perdue dans ses pensées, la voix adoucie de John la sortie de ses réflexions... La réflexion qu'eut John l'amusa quelque peu. Certes elle n'aimait pas les militaires... Enfin tout du moins leur méthode, mais elle savait aussi qu'ils n'étaient pas tous pareils, après tout le colonel avait bien réussit à obtenir sa confiance et son amitié. Alors pourquoi considèrerait-elle les militaires comme des êtres insensibles ? Bon d'accord son passé avait été plutôt houleux avec cette branche de la société... En même temps ils l'avaient bien cherché avec leur manie de tout détruire... Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres.. Qu'est ce qu'elle n'avait pas fait pour exprimer son opinion... Tout cela était bien lointain à présent, elle ne participait plus aux manifestations...

« Vous savez John... Je n'ai rien contre le militaire en soit... C'est juste cette manie de vouloir tout régler avec du C4 qui est... » elle ne trouvait pas les mots pour cela... C'était tellement idiot à son goût... Selon elle tout devait se régler par des dialogues entre les deux parties... Bien sûre cette règle n'était pas toujours appliquée... Elizabeth savait que ce point de vue diverger de celui du colonel... Ils s'étaient d'ailleurs à de nombreuses reprises disputés pour ce genre de sujet... Elle n'aimait pas se disputer avec les gens... Encore moi avec John... Mais par moment c'était inévitable et il fallait bien qu'elle lui montre qui était la dirigeante de l'expédition après tout.

" Bref."

La maladresse qui suivie du colonel l'attendrit. Il cherchait ses mots, après tout c'était un homme d'action, il est vrai que les longs discours n'étaient pas son truc. Elizabeth n'était pas vraiment du genre à se confier... Elle trouvait cela délicat et avait toujours eu peur que l'on utilise ce qu'on savait sur elle pour lui nuire... C'était chose courante en politique... Mais John était loin d'être un de ces hommes vicieux puant de vanité se croyant le futur président des États-Unis. Elle se redressa, encerclant de ses longs doigts le garde-fou. Elle ne put s'empêcher de s'amuser de la situation. Il se défendait de poser cette question, comment ne pas en plaisanter ?


« Je n'ai rien dis John»
dit-elle en levant l'un de ses sourcils d'une air amusé regardant ensuite la mer. Elle réfléchissait à sa question... Elle lui jeta alors un coup d'oeil et leur regard se croisèrent, ce qu'elle vit dans les yeux du jeune homme la toucha. Elle ne pouvait décidément pas lui dire que ce la ne le regardait pas... Et puis qui sait peut-être est-ce aussi une façon pour lui d'ensuite pouvoir se confier en toute confiance. Elle rejeta son regard sur le soleil qui descendait à vue d'oeil. Toujours droite, observant elle laissa échapper un léger soupir d'abandon.

«Je... Je pense à ce qu'aurait été ma vie si j'avais fais des choix différents... » dit-elle enfin haussant les épaules. Elle secoua ensuite légèrement la tête, baissant les yeux sur ses mains, un sourire niais. Elle posa alors son regard de nouveau sur lui avec un petit sourire timide et gênée sur les lèvres. Elle s'adossa ensuite contre l'une des structures du balcon, pouvant ainsi regarder le chef militaire et le spectacle que lui offrait la nature en plus.

« Et vous John... A quoi pensez-vous? » demanda-t-elle l'observant du coin de l'oeil.

*Ou a qui...* ne put s'empêcher de penser la jeune femme.

« Bien sûre le faire du Golf ne compte pas ! »
ajouta-t-elle pour que sa propre gène disparaisse.

Spoiler:
 

_________________
userbar

Elizabeth Weir ϟ " There's a light at each end of this tunnel" ©️ sevenleague.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Sam 26 Mar - 18:19

John avait beaucoup de travail sur la Cité, rare était les moments durant lesquels il pouvait se détendre. La preuve, il n'arrivait même pas à terminer son rapport qu'il aurait du rendre il y avait 2 jours de cela... Bon d'accord, ce n'était peut-être pas parce qu'il était surchargé qu'il n'avait pas fini ce rapport. Il n'avait tout simplement pas eu l'envie de s'y atteler. Cette paperasserie, c'était très peu pour lui. En tout les cas, il y avait longtemps qu'il n'était pas allé faire un tour sur le balcon pour admirer la vue et l'horizon. Une large étendue bleue, qui ce soir était légèrement rosé et brillait de mille feux grâce à ce magnifique coucher de soleil que contemplait le Lieutenant-Colonel et sa supérieure Elizabeth.

Un petit jeu de sourire, de regards et de taquinerie s'était instauré entre eux et pas seulement maintenant mais depuis presque trois ans. Il y avait une alchimie particulière qui régnait entre eux. Depuis que Sheppard avait rejoint Elizabeth sur ce balcon, chacun avait plongé son regard dans celui de l'autre, des sourires avaient été échangé et une note de taquinerie planait dans chacune de leur prise de parole. Cela faisait toujours un petit effet à John qui appréciait la compagnie du Dr.Weir. Bien sûr il appréciait toujours plus la présence de sa supérieure lorsqu'il s'agissait d'évoquer autre chose que le boulot ou les rapports. De la même manière se faire réprimander n'était pas non plus ce qu'il préférait dans sa relation avec la chef civile de l'expédition. Il aimait toujours plus un dialogue détendu et plus informel, il n y avait pas de doute là dessus. D'ailleurs le fait qu'Elizabeth ne prenait pas mal le fait que John n'avait pas rendu son rapport dans son délai imparti montrait que la conversation était bien plus chaleureuse.


-Ce qui ne me donne pas envie de jouer au golf? Laissez moi réfléchir... hum je dois avouer que le fait d'être enfermé dans un vaisseau ruche ne me donne pas tellement envie de jouer au golf. Après je ne dis pas que je n'aimerai pas apprendre aux Wraith à jouer au golf... c'est juste que ça ne doit pas être leur préoccupation première et leur passe-temps préféré.

John fit un long sourire et posa son regard marron dans les magnifiques yeux d'Elizabeth. Il s'était redressé, son dos n'était plus vouté et ses coudes s'étaient éloignés de la rambarde. C'était à présent ses mains qui enserraient la rambarde. Alors que le soleil disparaissait de plus en plus et que le ciel s'assombrissait au fil des minutes, Elizabeth fit une remarque sur la manière d'agir des militaires. John et elle était souvent en désaccord sur ce point et il espérait qu'une nouvelle confrontation houleuse n'allait pas avoir lieu. De toute façon lui était le chef militaire et elle la chef civile de l'expédition. Chacun avait sa vision des choses et celle-ci différait. Néanmoins chacune se rejoignait en un point. Tout deux voulaient préserver et protéger Atlantis ainsi que tout les membres de l'expédition. De plus, John n'était pas forcément le genre de militaire à vouloir tout faire sauter au C4 sauf lorsqu'il y avait un vaisseau Wraith dans l'histoire. Même si le Lieutenant-Colonel était un fonceur, il savait aussi réfléchir et élaboré des stratégies plus fines et moins meurtrières. Par ailleurs il savait également tempérer ses hommes notamment Ronon. C'était un travail de tout les instants mais cela avait renforcé son leadership et avait rendu Sheppard plus fort d'une certaine manière. Le satédien y était notamment pour beaucoup.

Finalement, Elizabeth lâcha l'affaire sur la discussion qui s'était amorcée à propos des militaires. John fut soulagé et le Dr.Weir lui fit un léger sourire tout en arquant un sourcil pour répondre à la maladresse de John. L'ancien Major était à présent pleinement concentré sur Elizabeth et délaissa le coucher de soleil quelques instants en s'adossant à la rambarde et en y posant ses coudes. La discussion devenait plus intime et plus profonde à présent. John savait que se livrer sur Atlantis n'était pas simple et il n'aimait absolument pas le faire avec le Dr.Heightmeyer seulement avec Elizabeth c'était différent. C'était une oreille attentive et sincère et non professionnelle comme la psychologue de l'expédition. C'était une discussion qui laissait parler le sentiment de l'amitié et ça John y était particulièrement sensible. Apparemment Elizabeth se remettait en cause sur ces choix, en cherchant à comprendre qu'est-ce qui aurait changé avec des choix différents de ceux qu'elle avait pris. John pensait que regretter ses choix passés était une certaine faiblesse. Il ne fallait pas culpabiliser et rester figé dans le passé mais avancer. Malheureusement ce n'était que dans la théorie, car John culpabilisait beaucoup depuis un certain temps et avait quelques regrets lourds sur la conscience. Après tout c'était un humain pas une machine.

Lorsque Elizabeth retourna la question à Sheppard ce qui était compréhensible, John se retourna de nouveau pour faire face à l'océan et à la magnificence du coucher de soleil qui s'estompait peu à peu. Il fixait un point lointain, un petit point brillant qui correspondait au reflet du soleil sur l'eau. Il ne voulait pas que sa supérieure voit son visage et les regrets qu'il trahissait. Il ne voulait pas que le Dr.Weir voit cette forme de faiblesse, il voulait qu'elle voit l'homme confiant, sûr de lui et plaisantin malheureusement les sentiments intérieurs à un moment donné étaient toujours plus forts que la façade de soi qu'on voulait dévoiler.

John réfléchit quelques instants puis pouffa de rire à la remarque d'Elizabeth sur le golf. Il reprit néanmoins son sérieux rapidement avec beaucoup de maladresse pour exprimer ce qu'il ressentait et ce à quoi il pensait lorsqu'il était seul.


-Je pense à beaucoup de choses... Atlantis... c'est comme... une seconde famille. Je pense à ce que je serais aujourd'hui si je n'avais pas rejoint l'expédition... certainement pas celui que je suis actuellement. Je pense aussi constamment au Lieutenant Ford... Aiden était un type formidable, un militaire d'exception et un ami. La famille Atlantis a perdu un de ses membres... Cela me fait beaucoup de peine. Les mains de John tremblaient enserrant avec force et colère la rambarde. Si Ford n'est plus parmi nous c'est de ma faute simplement!


John s'en était toujours voulu de ne pas avoir réussi a retenir Ford sur Atlantis. S'il avait toujours considéré le regret et la culpabilité comme une faiblesse c'était en revanche depuis ce jour là qu'il éprouvait ces douloureux sentiments qui l'avaient pendant longtemps répugné. John reprit un air digne et tenta d'effacer la culpabilité marquée sur son visage pour faire face dignement à Elizabeth et plonger son regard dans le sien. Aucun sourire cependant ne voulut s'afficher sur ses lèvres. Ces douloureux souvenirs avaient comme pétrifié son humour, sa bonne humeur et ses lèvres. Il essaya de se reprendre et de chasser cette culpabilité en s'adressant de nouveau avec difficulté à Elizabeth.

-Vous regrettez certains de vos choix Elizabeth?

John aimerait aussi savoir de quels choix il s'agissait mais la question était déjà assez délicate comme ça, tout comme la situation puisque Sheppard allait certainement faire remonter des souvenirs chers et douloureux aux yeux d'Elizabeth.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Weir
    Atlantis ▌ Dirigeante Civile

Atlantis ▌ Dirigeante Civile
avatar

Messages : 1170
Date d'inscription : 06/01/2011

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe:

MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Mar 29 Mar - 23:13

Elle savait qu'elle aurait dû le réprimander plus durement... Après tout ce n'était pas correcte vis-à-vis des autres... Elle voyait déjà Rodney venir avec ses grands sabots criant au scandale et lançant avec indignation que « Sheppard était son chouchou ». Ce n'était pas vrai, elle avait été plusieurs fois indulgente avec d'autres membres de l'expédition... Bon d'accord elle était encore plus indulgente avec lui... C'était surement à cause du fait qu'il était le chef des militaires... Oui, il avait plus de responsabilités que les autres et Elizabeth comprenait qu'il n'ait pas le temps de rédiger son rapport... Non elle savait que même s'il avait eu le temps il ne l'aurait pas rédigé... Elle aurait dû lui ordonner d'aller écrire ce fichu rapport... Mais cela aurait servi à quoi après tout ? A rien ! Il ne l'aurait pas fait pour autant et ils se seraient disputés. La dirigeante ne voulait pas se disputer avec lui... Ils avaient déjà assez eu d'occasion par le passé... De toutes façons il était trop tard, elle n'allait pas le gronder comme un enfant après ne lui avoir rien dit ! Et puis elle n'avait pas envie et tan pis ce que penserait ces mauvaises langues de scientifiques.. Ah parce que oui c'était eux qui lançait la plupart des rumeurs et surtout les plus farfelus de l'année !

Ses mauvaises pensées s'effacèrent à la plaisanterie du colonel quant au golf et les wraiths, elle s'imagina alors ces monstres tentaient de faire un beau tir.. L'image était ridicule. Elle ne put dons s'empêcher de rire légèrement et le sourire du colonel qui suivie lui fit oublié définitivement les scandales de Rodney. Son regard émeraude se plongea quelques secondes dans les yeux du beau brun. Elle trouvait la couleur de ses yeux très particulière, n'arrivant jamais à savoir exactement sa couleur... Sa pupille était entourée d'un joli brun et le reste était un mélange entre vert et bleu, changeant au fil des lumières environnantes. Les yeux du colonel étaient sa plus grande arme de séduction, il savait très bien l'utiliser pour faire passer subtilement des messages. La dirigeante songea alors à toutes les conquêtes dont les rumeurs lui avaient donné. Certes, certaines étaient fausses, mais d'autre était bien réellement. Elle n'avait jamais rien dis à ce sujet, car tant qu'il continuait à faire correctement son travail cela ne la regardait pas... Elle pensa ensuite à McKay... Lui avait beaucoup moins de conquête, mais la civile soupçonnait leur nouveau médecin en chef d'avoir un petit penchant pour le scientifique grognon. Ces histoires de coeur l'amusaient énormément quand elle n'en faisait pas partie.

Elizabeht fut légèrement étonnée que le colonel de défende pas avec rage l'armée et cette réputation qu'elle leur donnait. Elle en fut d'ailleurs soulagée, car se disputer avec le jeune homme devant ce spectacle si radieux lui était vraiment impossible. Le militaire ne semblait pas non plus en grande forme... Elle s'inquiétait pour lui, mais préféra ne rien laisser paraître... Elle avait peur qu'il le prenne mal si elle lui posait des questions quant à son moral... Après tout c'était un homme et en général les hommes refusaient de montrer leur faiblesse. John faisait partie de cette catégorie. Elle ne l'avait jamais vu dans une mauvaise passe.. A part peut-être la fois où il s'était petit à petit transformé en Wraith... Cette fois-ci elle avait vraiment cru le perdre... Elle se remémora alors lorsqu'il avait entouré son coup de ses mains qui n'avaient rien avoir avec celle qui étaient sur la rambarde... Mais le pire souvenir était surement lorsqu'il lui avait demandé de le tuer... Elle n'aurait jamais pu faire une chose pareille.

La discussion commença petit à petit à prendre une tournure beaucoup plus personnel... Bizarrement cela ne dérangea pas t'en que cela la jeune femme au final... Elle aimait la compagnie du colonel et elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance. De plus le fait qu'ils aient tous les deux des responsabilités au sein de la cité les réunissaient forcément... Eux aussi avaient besoin de décompresser par moment et quelle autre personne pouvait mieux comprendre que celle qui partageait les mêmes difficultés. Oh certes Elizabeth était la chef de l'expédition... Et donc la supérieure du colonel... Mais il était aussi son bras droit et elle savait qu'il ne la jugerait pas, ce n'était pas son genre... Le fait que le colonel n'observa plus le soleil lorsqu'elle se mit à parler la gêna quelques peu... Après tout il était venu pour le spectacle alors pourquoi la regarder elle... Cela était assez perturbant. Elle fixa alors son regard sur l'horizon que le soleil avait commencé à toucher. Essayant d'oublier ce regard sur elle, elle lui répondit simplement, cachant par la même façon ses yeux d'une de ses mèches de cheveux.

Un peu plus confiante, essayant d'éviter son propre cas, Elizabeth lui retourna la question. Cette fois-ci ce fut à son tour de cacher son trouble en observant le couché de soleil. Cela l'amusa légèrement. Ils semblaient différents et pourtant elle savait qu'ils avaient beaucoup plus de points en commun qu'elle ne l'aurait jamais pensé elle-même. La dirigeante se mordit légèrement la lèvre inférieure s'inquiétant de ce qu'il allait dire... Elle oublia a ce moment-là tout, rien n'avait plus d'importance que les confidences de son second. Elle l'observait du coin de l'oeil, attendant patiemment qu'il se confie à son tour. Ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait voir cette partie de la personnalité du colonel. Elle ne l'avait d'ailleurs jamais vu... Cela ne devait pas être facile pour le militaire de se confier... mais d'un côté c'était de sa faute ! C'était lui qui avait commencé !
Elizabeth fut heureuse de voir qu'elle avait réussi à le détendre par sa plaisanterie, le voir rire même deux secondes lui faisait plaisir. Contrairement à son habitude, le jeune homme reprit rapidement son sérieux et lui répondit en toute simplicité.... Elle fut touchée lorsqu'il lui annonça qu'Atlantis était pour lui comme une seconde famille. Elle savait que c'était le cas également pour Rodney et devinait qu'ils n'étaient pas les seuls à le penser. Son coeur se serra lorsqu'il parla du lieutenant Ford. Cette disparition avait également affecté la dirigeante, mais elle savait pertinemment que ce n'était rien comparé à la douleur que pouvait ressentir le colonel... après tout Aiden avait été sous ses ordres directes et elle savait que John était beaucoup trop entier pour ne pas se sentir coupable. Pourtant Elizabeth savait également pertinemment qu'il avait tout fait pour le sauver.. mais les Wraiths avaient été plus fort cette fois. Elle aurait voulu le réconforter, mais elle savait que les mots ne servaient à rien dans ces moments-là. Et oui la diplomate avouait que parler n'apportait pas toujours de réponse... Dans ce cas-là, seul le temps pouvait réparer les dégâts... Et encore... elle remarqua par ailleurs les mains du colonel se crisper devant ses yeux... La haine envers lui-même devait être forte... cela lui transperça le coeur de tristesse... Voir la douleur sur une personne que l'on apprécie est toujours très pénible... Et pourtant Elizabeth savait que le colonel n'avait rien à se reprocher... Elle fixa sa main quelques secondes... Hésitante... Elle voulait le consoler, lui montrer qu'il n'était pas seul... mais d'un autre côté elle n'en avait pas réellement le droit... elle se souvient alors la fois où elle l'avait pris dans ses bras, car elle avait cru qu'il était mort. Devant t'en d'émotion elle n'avait pu s'empêcher de l'étreindre, trop heureuse de son retour...


« John... » murmura-t-elle. Il se tourna alors vers elle. D'une main légèrement tremblante et maladroite elle posa la sienne sur celle du colonel qui serrait avec rage le garde- fou. Elle n'avait pas pu s'empêcher. De plus ce geste insisterait sur les paroles qu'elle s'apprêtait à dire.

« Vous n'avez pas à culpabiliser, vous avez fait votre maximum... Mais l'enzyme Wraith était plus puissant... »
dit-elle son regard se volant de tristesse. Elle laissa échapper un léger souffle et ajouta. « Je sais.. je sais que c'est facile à dire... Mais... Ce n'est pas votre faute John... Vous êtes l'un des meilleurs éléments qu'il m'a été donné de rencontrer... Ce n'est pas votre faute » dit-elle en insistant sur sa dernière phrase de par son ton, son regard, mais également une légère pression sur la main du jeune homme.

Se rendant enfin compte de son comportement qui était peu professionnel, Elizabeht lâcha rapidement cette main et attrapa à son tour la rambarde qui les protégeait du vide. Elle observait l'horizon qui était splendide... Cependant, dans quelques minutes le soleil disparaitrait dans un festival de lumière... Elle espérait ne pas être allée trop loin avec John... et faisait donc comme si rien ne venait de se passer.

Un sourire nostalgique se dessina sur les lèvres de la jeune femme à la question du militaire. Elle se remémora alors le jour de ses 17 ans, ou un garçon dont elle était tombée folle amoureuse l'avait convainque qu'elle possédait une voix magnifique et l'avait emmené à SanFrancisco. Et oui la dirigeante avait rêvé de devenir chanteuse et aujourd'hui c'était une politicienne avérée. Elle se dit alors que c'était à son tour de se dévoiler, de se mettre a nue face au colonel... Mais la dirigeante ne savait pas trop quoi répondre... Elle fixait encore et encore l'océan, réfléchissant à ce qu'elle allait lui avouer.


« Non ce n'est pas réellement ça... Disons que... Dans la vie... par moment l'on se retourne et l'on voit ce que l'on a laissé derrière soi avant de partir pour l'au-delà... Quand je me retourne... Je ne vois rien... » elle ne put s'empêcher de laisser un petit rire gêné de ses lèvres et continua tout en baissant son regard vers ses mains. « Atlantis est l'une des meilleures choses qui me soit arrivée dans la vie.. voir la meilleure... Mais avec cette expédition... Il y a... Certain aspect de la vie qui ont du être sacrifié dirons-nous... » Elle était gênée d'avouer cela au colonel... Mais au moins elle avait été sincère... Elle replaça l'une de ses mèches de cheveux et reposa son regard sur l'étendue bleu. Ses joues devinrent légèrement rose, mais la couleur du ciel ne le laissa pas apparaître au vu du militaire. Seul son regard fuyant pouvait laisser paraître sa gène.

« Et vous John... N'avez-vous jamais regretté de vous être engagé dans l'armée ? Ou encore d'avoir accepté ma proposition de faire partie de l'aventure ? »
demanda-t-elle d'une voix douce un léger sourire se dessinant sur son visage lorsqu'elle se rappela leur première rencontre.

Spoiler:
 

_________________
userbar

Elizabeth Weir ϟ " There's a light at each end of this tunnel" ©️ sevenleague.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Ven 1 Avr - 17:09

Une brise d'air marine vint frapper le visage de John, ses cheveux furent frôler par ce mouvement éolien léger. Les yeux du Colonel contemplaient toujours ce vaste horizon si apaisant, malheureusement, ce cadre paysager n'avait plus vraiment de vertus apaisante. Le colonel était tourmenté et son esprit torturé. John donnait toujours l'impression de se porter plutôt bien, il faisait souvent de l'humour et prenait parfois les choses avec une légèreté déconcertante qui pouvait au final se révéler être ironique. Cela d'ailleurs avait tendance à exaspérer de nombreuses personnes. Néanmoins, tout n'était pas aussi simple, si John donnait l'impression d'être fort et d'encaisser les coups, son esprit et son cœur était meurtri par tout ce qu'il avait vu au fil de sa carrière militaire. Cette carrière, il l'avait choisi certes et il ne la regrettait pas. C'était simplement qu'il avait vu de nombreux soldats mourir et parmi eux des amis. Le dernier en date était le Lieutenant Aiden Ford. Tout le monde pouvait bien essayé de déculpabiliser John, cela n'y changerait rien. Il avait été impuissant et ses tentatives pour le sauver avaient échoué. C'est cette image qui prédominait dans la tête de Sheppard depuis la disparition du jeune militaire et c'est cette même image qui était gravée en ce moment même.

Le magnifique paysage n'avait plus cet effet bénéfique sur John, bien qu'il voyait et qu'il percevait sa beauté, cela était éclipsé par la mort. S'il avait repensé à ce tragique épisode, c'était entièrement de sa faute, il avait orienté la discussion vers une note plus personnelle. Il s'était de nouveau infligé lui même cette douleur mais John avait malheureusement cette fâcheuse tendance qui était imperceptible car il ne la montrait pas en public sauf ce soir. En effet, ce soir, l'heure était aux confidences, il avait besoin d'extérioriser tout cela et il était content qu'Elizabeth soit cette oreille attentive qu'il attendait tant. Il était d'ailleurs impensable pour lui de se confier à quelqu'un d'autre. Elizabeth était une femme extraordinaire qui ne jugeait pas John et qui même si elle ne s'en apercevait pas forcément lui transmettait une force incroyable. Son intelligence, sa gentillesse et sa générosité étaient des qualités notables et appréciables de sa supérieure dont John se servait chaque jour pour tenir le coup. Heureusement qu'il avait des amis, Elizabeth, Rodney, Ronon, Teyla, Carson ou encore Jennifer étaient de ceux là. Sans qu'ils le sachent ils l'aidait à tenir le choc, John les considérait comme sa seconde famille. En effet avec son père et son frère ça n'avait jamais été rose, vers l'âge de 16 ans John avait décidé de suivre une voie que son père désapprouvait, depuis ce jours leur relation s'était dégradée de plus en plus jusqu'à être conflictuelle puis inexistante. Plus aucun lien ne les liait et plus aucune once d'amour entre un père et un fils ne les unissait. Cela en était de même pour son frère Dave qui s'était toujours caché derrière leur père. Il était entré dans le rang et avait été formaté par M.Sheppard le richissime homme d'affaire. Depuis John et son frère ne se parlaient plus et Dave avait toujours eu une grande aversion et une grande colère envers son frère. Cela attristait un peu John qui regrettait cette attitude mais il savait très bien qu'il avait sa part de responsabilité là dedans. Il n'avait jamais été très présent pour Dave.

A cause des tensions familiales il s'était longtemps senti abandonné et n'avait eu que Nancy à qui se raccrocher, son ex-femme. Son poste de militaire dans l'US Air Force avait détruit leur relation et à part quelques copains du régiment avec qui boire des bières et regarder un match, il n'avait pendant longtemps plus eu d'accroche. Atlantis avait permis à Sheppard de retrouver quelques repères et une certaine stabilité. Après tout si John avait eu tendance à désobéir aux ordres pendant longtemps, c'était certainement à cause de cette défiance qu'il avait eu envers son père Patrick quand il était plus jeune. Depuis l'expédition, il était toujours aussi tête brûlée mais comprenait le fait que l'on pouvait s'inquiéter pour lui lorsqu'il désobéissait. L' inquiétude était une chose inexistante ou quasi inexistante dans l'US Air Force en Afghanistan, là haut, l'état-major ne se souciait pas de ses hommes en perdre un de plus ou un de moins ça n'avait pas d'importance. Ici, sur Atlantis, Elizabeth se souciait de tous ses hommes, et l'expédition entière était très soudée, perdre un membre de celle-ci était toujours un déchirement. C'était une grande famille, une famille que John était content d'avoir. Voilà pourquoi la disparition d'Aiden, peinait beaucoup John.

Le colonel portait toujours son regard vide au loin, ne voulant pas regarder Elizabeth, évoquer Ford était encore très dur pour lui, il savait qu'il devait franchir un cap. Aiden avait changé en plus la dernière fois qu'ils s'étaient rencontré pour prendre d'assaut un vaisseau Wraith. John était d'ailleurs presque sûr que le jeune homme avait survécu, qu'il s'en était sorti et avait réussi à échapper à l'explosion. Il avait toujours eu beaucoup de ressource. John se souvenait que Ford avait montré à Rodney comment sectionner un torse avec la crosse d'un P-90. L'enzyme Wraith avait réussi à prendre à Aiden tout ce que John avait connu de lui. John respira profondément et enivra son corps d'un oxygène parsemé de sel marin qui traversa ses narines avec une certaine douceur. Il expira lentement pour se calmer et reprendre ses esprits. Il devait se reprendre, il n'avait pas le droit de flancher, de montrer cette faiblesse, comment Elizabeth aurait pu lui faire confiance après cela. C'était non seulement le Chef Militaire de l'expédition mais aussi le leader de SGA-1, il était hors de question pour lui de perdre sa crédibilité sur un regain de sentimentalisme puéril.

Le colonel voulait passer à autre chose et essaya d'embrayer sur une phrase drôle mais rien n'y faisait, il n'avait plus le moral. C'est alors qu'Elizabeth prononça son nom avec une douceur dans sa voix qu'il n'avait pas encore entendu auparavant. John se retourna et tourna le dos à ce soleil qui avait presque totalement disparu tout comme son humeur qui était passée de joviale à morose. Il affronta le regard d'Elizabeth, il plongea ses yeux dans les siens, il y cherchait un certain réconfort il devait bien le reconnaître. Il n'était pas du genre à quémander ce genre de chose, mais là il devait bien avouer que cela lui aurait fait du bien. Ce réconfort il l'obtint, rapidement. En effet, il sentit soudainement un frisson. La main d'Elizabeth vint se poser sur la sienne qui enserrait encore la rambarde. John sentit une énorme douceur dans le geste d'Elizabeth, un geste de soutient qui avait réussi à l'apaiser quelque peu, chose que n'avait pas réussi à faire ce coucher de soleil. John ne savait pas comment réagir à ce geste. Il l'appréciait c'était une évidence, sa relation avec Elizabeth avait toujours été très ambigüe mais ayant les plus hautes responsabilités dans l'expédition, ils avaient toujours eu beaucoup de retenu dans leurs relations, aussi bien professionnelle que privée. Il était clair que John avait toujours été sensible au charme et à la personnalité que dégageait la chef civile de l'expédition. Parfois il se disait qu'il aurait aimé bénéficier de plus de moments comme celui-ci avec Elizabeth. Ce genre de discussion bien qu'intime soulageait John et lui permettait d'extérioriser ses peines, ses colères, ses regrets. Malheureusement, rares étaient ces moments, tout deux étant trop occupé pour profiter d'un moment de détente et de dialogue plus informel qu'à l'accoutumé.

La douceur d'Elizabeth et de sa peau sur la sienne, perturba John pendant un instant, puis en un éclair, la dirigeante de la cité retira sa main, se rendant compte que ce n'était pas approprié, John eut une certaine déception au plus profond de lui mais il comprenait tout à fait cette réticence. Tout deux étaient sur la sellette, la CIS voulaient les évincer donc nouer des liens plus intimes entre eux ne ferait renforcer que la position de la CIS et les inciterait à agir plus rapidement. Pendant ce bref instant où des liens plus intimes dépassant le cadre professionnel s'était formé, Elizabeth avait essayé de consoler et de déculpabiliser John en lui disant que ce n'était pas de sa faute. Le colonel aurait aimé être de son avis, mais le faire déculpabiliser serait mission impossible, personne ne pourrait y arriver, il se sentait trop responsable. Il avait vécu cette situation plusieurs fois, qu'à force il se remettait en question et se demandait s'il était vraiment fait pour commander. Les mots de réconfort d'Elizabeth le touchait, mais il ne pouvait pas se permettre d'être hypocrite en disant qu'elle avait raison et que ce n'était pas de sa faute.


-Merci Elizabeth... mais vous n'arriverez pas à effacer ma culpabilité, elle est trop profonde et trop gravée en moi pour pouvoir la vaincre. Vous savez... quand je suis allé annoncer la mort d'Aiden à ses proches... je crois que je ne m'étais jamais senti aussi mal de toute ma vie. Je me souviens de chaque regard et de sa grand-mère qui s'effondra sur une chaise. C'était l'un des pires moment de ma vie et l'un des plus bouleversant aussi. Voilà pourquoi vous n'arriverez pas à me faire déculpabiliser Elizabeth... j'apprécie cependant votre intention.

John fit un petit sourire à sa supérieure puis il se retourna de nouveau pour voir que le ciel était de plus en plus sombre, de plus en plus noir. Le soleil laissait place à la lune. Tout deux portaient leur regard vers l'horizon qui diminuait au fur et à mesure que leur champ de vision s'amenuisait et ce à cause de l'affaiblissement de la clarté. Tout deux se sentaient gênés et un blanc s'installa pendant une poignée de secondes. Ce silence se brisa lorsque Elizabeth, à la demande de Sheppard évoqua ses choix. John comprenait tout à fait que pour Elizabeth, l'expédition Atlantis soit une des plus belles choses qui lui soit arrivé, lui même éprouvait cela et comprenait mieux que quiconque cette réjouissance. Certes cela avait dû lui demander beaucoup de sacrifices comme elle le disait mais elle n'avait pas l'air de le regretter. Une certaine gêne s'installa sur le visage de la diplomate, en effet, elle n'avait jamais trop dû se confier comme cela. John était dans le même situation. Leur relation sur la cité n'avait jamais franchi ce cap. Ils avaient toujours eu des rapports amicaux, cordiaux avec beaucoup d'humour et de taquineries mais jamais autant de sérieux. John fut étonné lorsque Elizabeth lui annonça qu'elle n'avait rien laissé derrière soi. N'avait-elle donc rien qu'elle puisse retenir de sa vie avant l'expédition? N'avait-elle pas de bon souvenirs? A travers cette phrase, John comprit qu'Elizabeth semblait aussi tourmenté que lui.

A son tour, la supérieure lui rétorqua la question comme John devait s'y attendre. C'était tout à fait normal. Avait-il eu des regrets dans sa vie d'avant l'expédition? Il ne le savait pas trop lui même. La vie était devenue beaucoup plus compliquée depuis qu'il avait rejoint Atlantis, ses choix n'avaient jamais eu autant d'importance et de conséquences. En revanche son existence n'avait jamais été aussi exaltante, ses ami(e)s sur Atlantis et ses missions y étaient pour beaucoup. Cette expédition lui avait apporté des responsabilités qu'il avait toujours fuit auparavant, ne voulant d'une certaine manière pas grandir. Très rapidement il s'était retrouvé à la tête d'une équipe militaire puis à la tête de l'organisation militaire de la cité. Cela était des responsabilités qui lui avait peur au départ mais qui si elles lui étaient retirées aujourd'hui lui manquerait cruellement. Il avait fait ses preuves, il avait montré de quoi il était capable. Il avait prouvé qu'il n'était pas qu'un grand enfant désobéissant mais qu'il pouvait aussi sauver des vies et être un meneur d'hommes. Sur Terre l'US Air Force l'avait cantonné à l'Antarctique après sa trop forte désobéissance. Il avait été rétrogradé et piloter des hélicoptères de transport n'avait jamais été très passionnant. Cette vie ne lui avait plus convenu, il avait sombré peu à peu et cette expédition lui avait sorti la tête de l'eau, l'avait fait revivre en lui donnant l'oxygène et la fraîcheur nécessaire.

John s'assit sur la rambarde et regarda de nouveau Elizabeth, il fut obligé de tourner la tête car la diplomate fixait toujours le paysage un peu gênée par le regard pesant de Sheppard mais aussi par la conversation qui avait lieu. Le vent se levait et la chemise noire du colonel se laissait porter par les flots éoliens dans des mouvements de pliures disgracieux. John faisait bouger ses jambes d'avant en arrière et marqua un petit temps de réflexion avant de répondre à sa supérieure.


-Eh bien... je crois que je n'ai jamais trop su moi même si j'ai eu des regrets avant l'expédition. Je ne regrette pas d'être un militaire, c'était un choix et mon père et moi étions en désaccords sur ce sujet. Après si j'ai eu des regrets pendant ma carrière et mon affectation en Afghanistan? Peut-être, j'ai vu des amis mourir que je n'ai pu ramené, j'ai eu beaucoup de regrets sur ce sujet mais je pense avoir toujours fait les bons choix même si je désobéissais... Votre proposition pour l'expédition d'Atlantis m'a sûrement sauvé Elizabeth... John marqua un long silence puis reprit... L'US Air Force ne me considérait plus comme un bon soldat. Avec votre proposition j'ai pu redevenir moi même, changer d'air et me faire de nouveaux amis puis avoir une nouvelle famille. Je pense que je ne vous remercierai jamais assez vous et le Général O'Neill qui m'a poussé à accepter.

Le colonel stoppa son mouvement de jambes puis se mordit ses ongles dans un geste de nervosité et de gêne, cette fois il ne s'était pas retourner pour trouver une échappatoire à cette gêne dans le paysage naturel, il lui avait tourné le dos, comme si la beauté pouvait être trompeuse et nous détourner de nos objectifs premiers. L'esprit de John se focalisait sur ce qu'avait dit Elizabeth précédemment, même si cela l'embarrassait, il aurait aimé aborder de nouveau le sujet.

-Dites moi Elizabeth pourquoi pensez vous qu'il n y a rien quand vous vous retournez? N'y a t-il plus rien qui vous retienne sur Terre maintenant? N'avez vous aucun bon souvenir qui puisse vous aider à tenir le coup quand les temps sont durs?

Ce qu'avait dit Elizabeth était assez préoccupant, si la vie sur Terre avait fait défaut à John il en gardait quand même des bons souvenirs. Les fêtes foraines, les match de football et de hockey, la formule 1, le golf, la bière, le poker, le pop-corn ou encore se promener en voiture... Tout ses petits pêchés mignons et toute ces choses qu'il aimait faire quand il revenait sur Terre faisait qu'il avait toujours un point d'encrage sur la planète bleue. L'heure était plus que jamais aux confidences si cela les gênait quelques peu dans leur fort intérieur, les deux êtres s'adonnaient aux révélation. Chacun en avait besoin pour se soulager et décompresser un peu. En trois ans et demi Elizabeth et John ne s'étaient jamais fait autant de révélations et n'avaient jamais autant dévoilé leur intimité. C'était en tout cas une parole salvatrice pour John qui bénéficiait d'une oreille tendre et attentive.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Weir
    Atlantis ▌ Dirigeante Civile

Atlantis ▌ Dirigeante Civile
avatar

Messages : 1170
Date d'inscription : 06/01/2011

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe:

MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Lun 4 Avr - 22:10

L'heure était aux confidences sur le balcon de la cité. Un vent doux soufflait et faisait voler quelques mèches de cheveux de la dirigeante qui essayait t'en bien que mal de garder une coiffure un peu près structurer. La tournure de la discussion l'avait un peu surprise.. Ce n'était pas son genre de se confier.. et encore moins celui du colonel. Le fait qu'il ose parler de ses faiblesses touchait Elizabeth au plus profond de son être. Il lui faisait confiance, entièrement. Les liens qui les unissaient été à présent très solides. Le début avait été difficile, mais petit à petit, l'un comme l'autre, ils avaient baissé leur bouclier de défense et avaient fait confiance à l'autre. A présent, ils se soutenaient dans toutes les étapes difficiles de l'expédition et défendait toujours l'autre lors des confrontations avec l'autorité. Les deux leaders tenaient énormément à leur poste, elle le savait. Elle savait aussi qu'elle était celle qui avait plus de risque de perdre son emploi à la moindre erreur... Elle avait réussi à faire accepter à la terre que John Sheppard était l'homme qui leur fallait comme chef militaire. Elle avait réussi et le résultat était plus que satisfaisant, le militaire faisait de façon exemplaire son boulot. Elle se souvient encore lorsque Cadwell avait eu la sombre pensée de le remplacer, la dirigeante lui avait alors bien fait comprendre qu'il en était hors de question... Une pensée qui l'amusa légèrement lui vint alors à l'esprit. C'était la fois où elle avait bien cru qu'elle allait passer à la trappe et que Richard Woosley était venu faire un tour sur Atlantis. Le colonel était alors venu dans son bureau, c'était assis sur celui-ci et lui avait demandé s'il avait le droit de lui envoyer son poing dans la figure de gratte-papier. Cela avait beaucoup amusée la jeune femme et elle s'était sentie flattée quant au fait qu'il veuille prendre sa défense.

Lorsqu'elle posa sa main sur celle de John, ce contact la fit légèrement frissonner. La chaleur qu'elle dégageait réchauffa légèrement les doigts froids de la dirigeante. Elle n'aurait pas du... Elle le savait... Ce geste était tout sauf professionnel... Tout comme le fait de ne pas le réprimander durement pour le retard de son rapport... Mais elle ne pouvait s'en empêcher... Et la culpabilité de John l'avait poignardé de toute sa sincérité. Il se sentait coupable, elle le savait. Et pourtant elle ne pensait pas qu'il l'était, après le fait qu'Aizen se soit trouvé au mauvais endroit au mauvais moment n'était en rien de sa faute... Et pourtant elle comprenait John, elle aussi se sentait coupable dés que l'un des membres de l'expédition venaient à disparaître. Elle se demandait alors pourquoi elle n'avait pas été à sa place et ainsi lui permettre de continuer sa vie... Mais le destin n'était pas quelque chose que l'on pouvait manipuler, le hasard et la vie suivaient leur cours sans tenir compte des blessures qu'ils peuvent engendrer... De plus l'expédition était très soudée... Et dés qu'il y avait une disparition cela touchait l'ensemble de la cité... Oh bien sure Elizabeth ne montrait pas sa peine, c'était son devoir de paraître forte en toutes conditions, tout comme celui de John. Elle se devait d'être un point de repère et une forme de réconfort qui leur murmurait « mais la vie continue pour nous, faisons honneur à notre ami en continuant à nous battre ». Elle essayait d'être à l'écoute de tous, mais cela n'était pas facile tous les jours...

Elle voyait bien que le chef militaire était gêné par la situation, tout comme elle. Il ne lui permettait jamais de croiser son regard lorsqu'il parlait de lui, comme si l'océan était une porte qui lui permettait de lui échapper... Mais Elizabeht n'avait pas besoin de lire dans ses yeux pour savoir la souffrance du militaire, sa voix, son comportement, sa façon de se tenir, tout lui montrer ses sentiments. Et pourtant même si cette situation était étrange et gênante, cela leur faisait du bien de se confier...

La douceur de sa voix en murmurant son prénom la surpris elle-même. Mais ce fut lorsqu'il se retourna vers elle et plongea son regard dans le sien qu'elle en resta muette. Elle n'avait jamais un tel message dans les yeux du jeune homme... C'était très perturbant... Elle qui était très empathique ressentait tous les tourments de son ami... Si elle n'avait pas été la dirigeante de cette cité, elle l'aurait surement déjà pris dans ses bras... ne pouvant s'empêcher des gestes tendres, mais voilà elle était la chef d'expédition et ce genre d'attaque pouvait être très mal interprété, ou alors trop bien. Elle ne voulait pas donner aux membres du CIS une raison de plus de la renvoyer...

Les paroles de John lui fit légèrement faire un signe négatif de la tête. Elle savait qu'elle n'arriverait pas à déculpabiliser le Colonel, c'était logique et elle n'aurait jamais eu cette prétention. Cela était un travail personnel, une sorte de deuil à faire. La dirigeante savait aussi qu'il n'arriverait jamais à oublier cet épisode traumatisant. Tout comme elle n'arriverait pas à oublier ce témoignage au sujet de la grand-mère de Ford. Elle se retourna alors vers lui et lui lança avec un petit sourire d'excuse auquel il répondit d'un autre sourire.


« Qui ne tente rien n'a rien » dit-elle simplement avant de regarder le couché de soleil qui s'était effacé derrière l'horizon. La nuit commençait à poser son voile sombre et les deux astres lunaires se révélèrent à leur vue petit à petit... Elizabeth savait que le devoir allait bientôt les appeler à l'intérieur... Mais elle n'en avait pas envie, elle voulait rester ici avec le jeune homme et continuer à profiter de ce moment présent.

Elle observa ensuite ses mains d'un air rêveur... Pendant ce temps-là le colonel s'assit sur la rambarde en équilibre. Elizabeth s'inquiétait secrètement qu'il n'allait pas tomber à la renverse.. C'était assez idiote comme pensée, après tout c'est un militaire entraînait, mais elle ne pouvait s'en empêcher. De plus John gesticulait comme un enfant sur une balançoire, cela la fit sourire discrètement. Elle l'observa ensuite du coin de l'oeil alors qu'il répondait à sa question très personnelle.

Elle lui sourit alors à l'écoute de son histoire. Etre militaire était une vocation pour lui, cela se voyait... Il fallait vraiment le vouloir pour défier l'autorité parentale et choisir de faire sa propre route... Le souvenir de la perte de ses amis devait lui être douloureux... Elizabeth avait toujours admiré le courage des militaires bien qu'elle n'était pas en accord avec leurs méthodes et elle considérait John comme l'un des plus courageux qu'elle avait rencontré... Elle se souvenait encore la fois où il n'avait pas hésité un instant à se sacrifier pour sauver Atlantis en allant conduire le Jumper avec la bombe au centre du vaisseau Ruche... Heureusement il s'en était sorti.. De justesse, mais il s'en était sorti.

Elle sourit légèrement leur qu'elle entendit que c'était sûrement sa proposition qui l'avait sauvé. Des quelle l'avait vu, Elizabeth avait fait confiance au militaire... Elle savait qu'elle avait besoin de lui... Tout d'abord, car il maîtrisait parfaitement la technologie des anciens, mais aussi quelques heures plus tard, car il était plus ouvert au fait que le chef de l'expédition soit une civile et une femme.


« Et pourtant vous êtes un excellent Soldat Colonel Sheppard » dit-elle en lui adressant un sourire amical. « Et puis vous n'avez pas à nous remercier... Combien de fois avez-vous sauvé la cité déjà ? Même la vie du Général O'neill c'est tous dire» dit-elle en le regardant d'un ton de plaisanterie. »

Soudain le ton redevint beaucoup plus sérieux. John lui pausa la question dont elle ignorait la réponse, tout du moins une partie... Ses jambes avaient stoppé et il la regardait attendant patiemment sa réponse, se mordillant les doigts signe de gène chez lui. Elle replaça une mèche de ses cheveux et se tourna vers lui. Elle laissa échapper un petit rire gêné et se retourna vers le paysage sombre à présent, tenant maladroitement la rambarde.

« Et bien »
commença-t-elle.. Un long silence se fit entendre... Elle ne savait pas vraiment quoi lui dire... Elle ne pouvait pas dire qu'elle n'avait pas de bon souvenir sur terre. Elle en avait beaucoup même mais... « Si si bien sûre que j'ai de bons souvenirs » commença-t-elle. « De très bons même. »
Que rajouter ? Elle le savait, mais hésiter.. c'était tellement personnel... elle se tourna vers John et chercha son regard. Dans ses yeux elle y trouva le courage qui lui fallait et continua.

« En réalité... Il ne me reste pas grand-chose sur terre... Oh bien sûre il y ma mère... Et mon chien Seth... Dès que je retourne sur terre je vais les voir et c'est toujours un plaisir de les retrouver... Mais personne ne m'attend maintenant... Je n'ai même plus de réels amis la-bas, tout ce trouve pas présent ici » ajouta-t-elle en désignant d'un geste des mains la cité.

« Oh bien sûre j'aurais laissé des traités de paix sur terre.. Signe de ma renommée... mais... » Elle s'adossa alors contre le coin de la rambarde. « Est-ce assez ? » elle se mordit la lèvre inférieure et se lança... Après tout, l'heure était aux confidences... « Dans la vie d'une femme... On s'attend toujours à ce qu'elle forme une famille... Ma mère attendait ça de moi je crois... Mais je me suis concentrée sur mon travail.. Et... ça m'étonnerait que ça m'arrive un jour de la complaire sur ce point » Elle serra ses lèvres un instant, pour l'empêcher de laisser échapper un sanglot... Sa gorge était nouée... C'était très mauvais signe... les larmes n'allaient peut-être pas tarder à arriver... Quelle idée saugrenue avait-elle eu de se confier à ce point. Pour s'empêcher de ne trop se laisser aller au sentimentalisme et de perdre la face devant son chef militaire. Elizabeth ajouta alors sur le ton de la plaisanterie.

« Enfin ça doit être l'âge qui veut ça ! Ça passera ! » dit-elle en laissant échapper un rire nerveux et secouant légèrement la tête pour reposer son regard sur le ciel qui commençait a s'étoiler. Elle s'en voulait de se laisser aller à ce point... Mais c'était surement à cause de la confiance absolue qu'elle avait pour le Colonel...

Spoiler:
 


_________________
userbar

Elizabeth Weir ϟ " There's a light at each end of this tunnel" ©️ sevenleague.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Jeu 7 Avr - 21:29

Le soleil orangé avait à présent disparu pour laisser place à un voile sombre bleu foncé qui s'assombrissait de minute en minute. De petit rais jaunes s'allumèrent un peu partout au dessus de leur tête, la cité commençait à s'allumer pour briller de mille feux dans cette obscurité de plus en plus présente. La température diminuait mais John n'était pas frileux et sa chemisette lui suffisait. Si le paysage avait su se montrer apaisant pendant un temps, John, n'éprouvait plus cet apaisement, il avait une boule au ventre, cela était rare pour le colonel mais ce soir c'était un conglomérat de facteurs qui façonnait ce mal être. D'une part il y avait eu pour John cette remontée de douloureux souvenirs avec la disparition d'Aiden Ford. D'autre part, ces confidences entre Elizabeth et lui le mettait un peu mal à l'aise. Même s'il appréciait se livrer, il ressentait une étrange sensation, entre inquiétude et bien être. Bien sûr, il savait qu'Elizabeth ne le jugerait pas mais se mettre à nu face à sa supérieure n'était pas une chose facile et cela était plutôt atypique. John n'aurait jamais pensé avoir eu une conversation comme telle, cela le déstabilisait beaucoup mais il fallait avouer que cela lui plaisait au plus profond de lui. C'était un militaire, il était sensé avoir une large carapace, un bouclier d'acier mais petit à petit au fil de cette fin de journée, tout ces remparts étaient tombé pour qu'Elizabeth puisse découvrir l'homme qu'il était. Un homme entier, sincère voir touchant. John n'aimait pas faire paraître ce qu'il était vraiment il aimait toujours exprimer sa façade, celle de l'homme plaisantin, un peu fonceur. La seule chose qu'il n'arrivait pas à dissimuler c'était son côté protecteur ainsi que le courage et la volonté qu'il mettait à profit pour protéger les siens. La culpabilité qu'il avait montré ce soir avait renforcé ce trait de caractère protecteur, néanmoins c'était plus cette culpabilité qui devait surprendre Elizabeth, jamais il n'avait montré ce sentiment et le dévoiler au grand jour était aussi quelque chose de nouveau pour lui. Enfin, il fallait tout de même relativiser, aujourd'hui, seulement la dirigeante de l'expédition avait vu cette facette de lui. Cela n'était jamais bon de faire exploser ses faiblesses, toute sa vie il avait essayé de les canaliser et de les enfermé au plus profond de lui. Il croyait qu'il aurait pu les vaincre toute sa vie, mais il devait bien reconnaître que cela était extrêmement difficile, même trop difficile pour le pauvre militaire qu'il avait toujours été. Tirer sur une cible, abattre un avion ennemi... tout cela était devenu une formalité pour lui au fil du temps, son métier avait fait de ça une habitude. Aujourd'hui tuer un ennemi était même devenu moins compliqué pour lui que de garder ses sentiments au fond de lui. John se torturait, il n'en avait pas réellement conscience dans la vie quotidienne mais c'était une petite voix intérieure qui le lui disait. Peut-être même que parfois il se dégoûtait, sa vie n'avait pas été des plus excitante jusqu'au jour où il rejoignit l'expédition. Là, il avait pu prouver ses valeurs militaires mais aussi humaines. On lui avait offert une nouvelle vie et un nouveau John était né... enfin avec quand même plusieurs défauts et qualités de l'ancien et cela faisait d'ailleurs son charme.

John vit que sa supérieure était très réceptive, elle comprenait le fait qu'elle ne pourrait pas le faire déculpabiliser et cela touchait beaucoup John et le réconfortait d'une certaine manière. Il ne voulait plus parler d'Aiden, la plaie très profonde qui s'était réouverte lui faisait atrocement mal, il avait besoin de penser à autre chose qu'au Lieutenant Ford. La blessure allait mettre du temps à se refermer, John avait beaucoup de mal à faire le deuil même s'il ne le montrait pas... sauf ce soir. Toujours fort et ne voulant absolument pas craquer, Sheppard arbora un petit sourire. Un sourire à double sens, d'abord la remarque d'Elizabeth avait motivé ce mouvement de lèvres, mais d'un autre côté il y avait un brin d'hypocrisie dans ce sourire. John voulait montrer encore une fois qu'il allait bien et qu'il avait balayé cette discussion sur Ford d'un revers de la main. Cela n'était bien évidemment pas le cas, il essayait juste de faire le vide dans sa tête pour chasser ces mauvaises images de son esprit triste et torturé. Il se devait d'avoir une attitude exemplaire c'était un leader militaire, cela faisait certainement un peu cliché, mais les larmes se devaient être bannies de ses sensations physiques et émotionnelles.

Lorsque Elizabeth lui dit qu'il était un bon soldat, cela le flatta, John toujours assit sur la rambarde baissa la tête un peu gêné en émettant un petit rire nerveux puis releva les yeux vers la dirigeante. John avait son petit égo, bien sûr il était incomparable à celui de Rodney. Celui du colonel n'était qu'un petit caillou quand celui du chef scientifique était comparable à un astéroïde. Enfin, se faire encenser par sa supérieure faisait toujours plaisir. John se gratta l'arrière du crâne en signe de gêne.

Maintenant, c'était à Elizabeth de se dévoiler sur la demande de John, tout comme lui, il se doutait bien que cela serait très difficile pour son amie, il portait une oreille attentive et ne voulait pas perdre une miette du récit de sa supérieure. Cela était un moment rare mais au final, si chacun rentrait dans le cœur de l'autre, si chacun se dévoilait l'un à l'autre, leur relation allait évoluer en bien. Cela passerait certainement par une meilleure compréhension de l'un et de l'autre mais aussi par une plus grande attention envers chacun. John sentait bien qu'Elizabeth était aussi fragile, elle aussi avait du mal à se confier, elle ne devait pas en avoir l'habitude et devait être très gênée. Au final, elle aussi cachait quelque peu ses sentiments et ce qu'elle ressentait. De toute manière, cette aventure était tellement extraordinaire mais aussi tellement éreintante physiquement et mentalement que chacun avait un poids important sur leur conscience et dans leur cœur. Cela était le cas de John et Elizabeth, ce soir ce poids éclatait et se délivrait par les confidences des deux êtres. La paroles et les mots d'Elizabeth touchait beaucoup John qui était très soucieux de sa supérieure. Il éprouvait plus qu'une simple amitié pour Elizabeth et ce depuis quelques temps. Malgré les conquêtes qu'on avait pu lui attribuer et celle qu'il avait eu, la dirigeante se démarquait. Malheureusement, tout cela était impossible, il avait bien essayé de lui avouer mais... Enfin John ce devait de songer à autre chose. Il voyait d'ailleurs bien qu'Elizabeth semblait bouleversé et triste. D'accord il était maladroit et avait beaucoup de mal à exprimer ce qu'il ressentait et à consoler les autres mais là il voyait bien que le fait d'évoquer sa vie sur Terre peinait beaucoup sa supérieure. Elle semblait avoir quelques regrets, quelques déceptions. John pouvait quand même très bien comprendre les attentes qu'avait eu la mère d'Elizabeth. Le scénario avec son père avait été presque similaire. Décevoir ses parents était une chose difficile mais il fallait bien voler de ses propres ailes et choisir la vie que l'on voulait mener. Cette situation était intenable et souvent conflictuelle, la tristesse que cela laissait dans le cœur du parent et de l'enfant était grande mais il fallait avancer. John pensait qu'Elizabeth l'avait très bien fait, que tout comme lui elle n'avait jamais montré ses regrets mais que ceux-ci se dévoilèrent aujourd'hui sous ses yeux. Finalement les deux êtres avaient certains point communs. Le témoignage de la dirigeante était poignant et laissait une boule dans la gorge du colonel qui descendit de la rambarde. Il aurait aimé la serrer dans ses bras, mais la gêne qu'il y avait eu lorsque leur mains s'étaient presque entrelacées avait raison du geste de réconfort que voulait fournir le colonel.

La nuit tombait sérieusement, mais John pouvait discerner le visage triste et inquiet d'Elizabeth, le visage du militaire fut empreint de ce que ressentait Elizabeth et il ne savait pas trop quoi répondre, il la chercha du regard, il ne voulait pas se retourner pour contempler l'océan à peine visible, il ne devait plus fuir les magnifiques yeux de sa supérieure. Les lumières commençaient à les éclairer pleinement... John mit quelques temps avant de trouver ses mots et ce fut avec une grande maladresse qu'il prit la parole.


-Je... je ne sais vraiment pas quoi dire Elizabeth... vous savez que je suis maladroit dans ce genre d'exercice... Je peux juste vous dire que vous êtes quelqu'un de formidable et que la Terre a eu de la chance de vous avoir, de même qu'Atlantis aujourd'hui a de la chance de vous avoir comme dirigeante. Sans vous beaucoup auraient craqués ou lâchés mais vous avez toujours su nous motiver... Hum d'ailleurs si cela peut vous rassurer, sur Terre ce qui m'attend généralement ce ne sont que des parcours de golf de 18 trous et aussi les fêtes foraines... Ah et puis les balades en voiture aussi, en fait j'ai une vieille américaine qui traîne dans mon garage. D'ailleurs ça me fait penser que j'ai oublié de regonfler les pneus la dernière fois que je suis retourné sur Terre...

John fit un large sourire pour essayer de détendre l'atmosphère, Elizabeth en fit de même en parlant de son âge.

-Oh l'âge?! Non voyons Elizabeth, vous aurez encore beaucoup d'occasions de me voir sauver la cité. D'ailleurs je ne sais plus combien de fois que j'ai sauvé cette cité... en y réfléchissant je n'avais pas trop le choix non plus... En tout cas je suis sûr que votre toutou est très gentil... et surtout si personne ne vous attend sur Terre sachez que nous ici sur Atlantis nous avons besoin de vous, Rodney, Ronon, Carson, Teyla et moi on est tous là pour vous Elizabeth.

John fit un petit sourire et un regard bienveillant à sa supérieure. Il avait retrouvé son petit humour qui le caractérisait bien, après ces longues confidences lourdes à porter, chacun avait besoin de se détendre et de penser à autre chose. Peut-être que la conversation allait s'orienter vers quelque chose de moins sérieux et de plus léger. En tout cas même si John avait parfois du mal à communiquer ses idées il voulait qu'Elizabeth sache qu'il serait toujours là pour elle. John voyait bien que le fait que la dirigeante n'avait pas de vie familiale la troublait quelque peu, elle ne pouvait pas s'empêcher de penser à la déception qu'éprouvait sa mère ce qui l'attristait certainement. John connaissait cette situation embarrassante qui était difficilement vivable mais il n'avait pas quoi su répondre. De quel droit pouvait-il se permettre d'intervenir sur la vie sentimentale d'Elizabeth il n'avait aucun droit de regard ni de juge. Il appuya son coude sur la rambarde, le regard en direction de la cité qui était magnifiquement illuminée.





Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Weir
    Atlantis ▌ Dirigeante Civile

Atlantis ▌ Dirigeante Civile
avatar

Messages : 1170
Date d'inscription : 06/01/2011

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe:

MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Mar 12 Avr - 21:46

Elle ne savait pas ce qui lui avait pris.... Se confier ainsi n'était pas du tout dans ses habitudes et encore c'était un euphémisme..

Et pourquoi se confier au Colonel ? Certes elle avait une confiance extrême en cet homme, elle l'avait d'ailleurs eu dés le premier regard... Mais elle savait qu'elle n'aurait pas du... Leur lien ne devait pas se serrer encore plus qu'il ne l'était déjà.

Un léger sourire se dessina sur ses lèvres... Il ne savait pas quoi dire ? Il n'avait rien à dire de toutes façons. C'était un fait et Elizabeth devait vivre avec ce poids sur les épaules... Oh elle le supporterait, comme toujours, comme elle l'avait toujours fait. Maladroit ? Pire que maladroit était le mot... Elle savait que ce n'était pas son genre de faire de long discours... Il les improvisait surement sur le tas. Après tout c'était un militaire, il ne réagissait en temps réel au quotidien....

La dirigeante remarqua que ses pensées étaient encore plus sombres qu'au début... Le soleil s'étant enfuit peut-être que ses démons étaient encore plus forts.... Heureusement que le colonel était là avec cet air un peu gauche qui l'amusait.

Même s'il avait su trouver les mots, ils n'auraient pas convenu. Dans certaine situation, la jeune femme savait que le silence était d'or et pourtant il était à la fois gênant. La confidence qu'elle lui avait faite faisait partie de ces exceptions, tout comme sa confidence sur son sentiment de regret de culpabilité au sujet de Ford.... Peut-être qu'une simple étreinte aurait fait plus que des mots... Et oui la grande Elizabeth Weir qui prône l'action une première ! Mais elle savait que c'était déplacé... Elle devait s'en sortir seule et dignement de ce petit moment de blouse passager.

Quelqu'un de formidable ? Non ce n'était pas son avis... C'était quelqu'un d'ordinaire qui avait juste eu des opportunités et qui les avait saisi.... La terre... Atlantis... La chance de l'avoir ? Elizabeth en était encore moins sur... Elle était persuadée que personne n'était irremplaçable.. Ou plutôt qu'elle n'était pas irremplaçable.

Elle re-serra la rambarde de ses mains, le contact du métal froid lui faisait du bien. Elle s'y accrochait comme à une bouée invisible....

Elle se dit alors que John était déjà passé par cette étape... Cette sorte de « déception parentale » à passer outre... Cela lui était arrivé il y a des années en s'engageant... Et elle... Elle arrivait encore à se plaindre à son âge..

Elle devait enfuir cette conversation qui était devenue beaucoup trop personnel.. Elle se devait d'être un modèle de force pour le jeune homme également. Une sorte de repère dans l'avenir sombre qui pourrait les attendre.... C'était le rôle d'un dirigeant d'être toujours sûr de soi et de ne jamais montrer ses faiblesses.... Hors elle montrait exactement le contraire à son second... A ce moment même elle se détestait encore plus que d'ordinaire, ayant l'impression de ne jamais faire comme il fallait...

Heureusement elle n'eut même pas l'effort de trouver quelque chose pour changer de sujet que déjà John se remettait à plaisanter. C'était parfait. Une occasion d'échapper à ses pensées douloureuses et elle allait la saisir.


Elle s'amusa de la référence à la vieille voiture du colonel. C'est vieux engin l'avait toujours fait rêver. C'était une époque lointaine ou tout était tellement plus facile. Elle aimait tellement cette époque qu'elle serait prête à y retourner avec grand plaisir. Elle-même avait une sympathique petite voiture de cette époque si inoubliable. Son adolescence qui était bercée par t'en de liberté.

Maintenant qu'elle y repensait... cette liberté, cette impression d'invasion, on la perdait avec notre responsabilité qui augmente... Heureusement certaine action permettait de retrouver ces premiers émois... Pour Elizabeth c'était lorsqu'elle était fasse à des textes de milliers d'années et qu'elle découvrait leur civilisation... Pour John cela devait surement être les missions.....

Et pourtant malgré cette opposition flagrante entre un militaire et une diplomate, elle se sentait proche de lui. Comme ci autre chose les retenait l'un à l'autre. Souvent elle s'était surprise à lui lancer certain regard qu'elle n'aurait pas dû, de lui sourire d'une façon qu'il lui était interdite ou encore de ressentir un agacement lorsqu'on lui parlait des conquêtes du Colonel Sheppard alias Kirk...

Souvent elle mettait cela sur le compte de la fatigue... Mais au fond elle savait qu'elle était tombée dans ce piège qui avait fait t'en de victimes. C'était une raison de plus pour s'éloigner du sentimental avec le Colonel.... Ne pas être sur un tableau de chasse, être différente. Cette différence était importante pour elle. C'était sa seule façon d'exister pleinement. Atlantis avait été sa façon a elle d'être différente. Après tout combien de gens pouvaient se vanter d'avoir été la première à avoir mis les pieds sur la mythique citée d'Atlantis ? Une seule.

« Une vieille américaine ? J'avoue être jalouse là. En tout cas comptait sur moi pour vous rappeler de gonfler les pneus. Il serait dommage d'avoir un accident... Vous risqueriez d'abîmer ce petit bijou »

« Ne m'en voulais pas John mais j'aimerai autant ne pas vous voir sauver la cité encore de nombreuses fois..... Si nos chers ennemis pouvaient se tenir tranquille cela m'arrangerait » dit-elle se retournant pour observer les magnifiques lumières qui éclairaient à présent la cité, lui adressant un petit sourire au passage.

Puis elle pensa à son fidèle compagnon. Il lui manquait énormément c'était un fait... A un point tel qu'elle l'avait vu dans le monde virtuel qu'avait créé les nanites... Elle se souvient alors le jour où elle avait présenté Simon à sa mère. Seth avait dévalé l'escalier et avait aboyé sur le pauvre fiancé qui avait été paralysé de stupéfaction. Depuis que Simon l'avait quitté, elle se disait qu'il avait bien fait... Elle se demandait également si Seth ne devinait pas qu'elle homme était fait pour elle.... Après tous les animaux avaient une intuition nettement plus développé.... Et Elizabeth se souvenait que l'agressivité du chien varié en fonction du mal qu'ils lui avaient fait par la suite.


« Oh oui Seth est adorable, bizarrement il n'aime pas les hommes. » dit-elle en riant légèrement. Elle aurait tellement voulu l'amener sur Atlantis... Mais il aurait été malheureux sans autre congénères et dans espace fermé, même si la cité était immense.

Soudain John enchaîna en disant que certaine personne de la cité avait besoin d'elle. Cela la touchait, mais Elizabeth n'avait aucune envie de retourner dans ces pensées sombres qui lui avaient pollué l'esprit quelques secondes auparavant. Elle décida alors de changer le ton de la conversation en lui demandant.

« Vous avez besoin de moi Colonel ? »
Elle l'observa alors du coin de l'oeil en haussant les sourire abordant un léger sourire taquin.


Spoiler:
 

_________________
userbar

Elizabeth Weir ϟ " There's a light at each end of this tunnel" ©️ sevenleague.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Dim 24 Avr - 21:41

La fraîcheur de la nuit se faisait ressentir et le vent se faisait de plus en plus glacial. John dans sa chemisette noire avait l'impression que le sang qui circulait dans ses veines se glaçait peu à peu sous l'impulsion du vent et du froid qui pointait à l'horizon. En effet, à vivre sur une Citée en plein océan, le vent était monnaie courante ainsi que la fraîcheur des courants marins quasi omniprésente, surtout le soir sans la source de chaleur naturelle que représentait le soleil.

Cependant, le militaire ne savait pas tant si c'était le froid qui lui glaçait le sang ou si cela était la conversation que venait d'avoir Elizabeth et lui. Une conversation qui l'avait réellement touché malgré la maladresse qu'il laissait paraître. Le ton personnel et informel de la discussion ne l'avait pas laissé indifférent et il avait pu découvrir une Elizabeth meurtrie par de nombreux regrets tout comme lui. C'était ce point commun qui touchait John au plus profond de son âme et de son cœur de pierre verrouillé par la retenue. En effet rares était les fois où il se laissait aller de cette manière où il exprimait ainsi ses sentiments, ses regrets et ses chances. Il s'était surpris et c'était aussi cela qui l'étonnait et qui lui donnait des frissons. Il venait de se redécouvrir sous un autre visage rare qui ne paraîtrait plus avant longtemps. Il savait que ce n'était pas opportun et approprié de montrer cette telle facette de lui qu'il trouvait repoussante et qui ne le ressemblait en rien. Ce n'était pas un individu entièrement pétrit de bons sentiments et en aucun cas il ne voulait donner cette impression. Il avait aussi ses défauts et il en avait beaucoup, il commettait des maladresses et était maladroit mais il ne voulait aucunement que cela attise la pitié des autres. Il y avait des gens bien plus malheureux que lui. Des gens subissaient la sélection des Wraith et voyaient leurs proches s'en aller ou mourir sous leur yeux. Des peuples démunis étaient réduit en esclavage, asservit et vivait de nombreux malheurs chaque jour et ce souvent dans une pauvreté déconcertante. Par conséquent, il était indécent que John se plaigne de ses regrets... Certes lui aussi avait vécu la disparition de proche comme Aiden Ford, cela lui faisait mal mais il devait passer outre, avancer et enfouir cette douleur lancinante. Il ne devait absolument pas laisser éclater cette douleur comme il l'avait fait aujourd'hui mais se devait de rester digne et humble.

S'il s'était confié comme cela à Elizabeth c'était parce qu'il éprouvait quelque chose de fort à son égard... un sentiment qui lui était interdis d'éprouver dans le cadre de ses fonctions sur Atlantis envers sa supérieure... Il n'avait jamais trop osé lui en parler préférant laisser ce petit jeu de non dit et d'implicite qui s'était instauré entre eux. Ce jeu était vraiment parfois plaisant avec des taquineries par ci par là mais il avait aussi le désavantage de laisser leur relation dans le flou et de les faire souffrir intérieurement l'un comme l'autre. C'était en tout cas ce que pensait John pendant son temps libre, car il avait bien d'autres choses à penser malgré cette idée qui trottait régulièrement dans sa tête. En quelque sorte, c'était peut-être pour cela qu'il était si impliqué dans son travail et envers la Cité. Même s'il ne rendait jamais un rapport à temps, il était toujours à fond dans les missions à vouloir aider les autres et ses compagnons d'Atlantis... cela était peut-être finalement une échappatoire pour souffrir en silence.

John tournait toujours le dos à l'océan son coude était posé sur la rambarde et il adoptait une attitude pleinement décontractée qui était renforcée par ses précédents traits d'humour. Il voulait oublier cette conversation. Enfin non pas l'oublier mais la balayer et l'enfouir en lui pour revenir sur un ton plus drôle et ironique. Après tout c'était dans ce domaine qu'il excellait le plus dans la conversation, par son ironie, son côté un peu gauche et un peu pitre. Néanmoins il savait être sérieux et mettre de côté la plaisanterie lorsque cela était nécessaire comme par exemple en combat ou sur le champ de bataille. Il savait prendre et imposer les décisions qu'il fallait au moment où il le fallait... c'était d'ailleurs pour cette raison qu'il était leader de SGA-1. Au cours de ces trois dernières années, il s'était forgé cette attitude et ce caractère de leader apprécié mais aussi efficace.

Son envie d'orienter la conversation vers un ton plus décalé avait fonctionné, Elizabeth avait saisit l'opportunité que John avait lancé, chacun voulait effacer cette gêne qui s'était installée il y a plusieurs minutes de cela. Cela réussissait plutôt bien, la petite taquinerie d'Elizabeth à propos de la voiture de John fit pouffer de rire le militaire qui regarda ses bottes de combats avant de relever la tête en direction de sa supérieure.


-Oh je vois que ma voiture à l'air de vous plaire... faites moi aussi penser à vous la léguer dans mon testament si jamais un méchant Wraith arrivait à avoir raison de moi... Cela dit c'est vrai qu'un peu de repos ne nous ferait pas de mal, je devrais envoyer un courrier aux Wraith aux Réplicateurs pour gentiment leur demander de se tenir tranquille... Bien sûr il faudrait trouver une société qui pourrait s'en charger... je ne sais pas si FedEx est implanté dans Pégase.


John fit un grand sourire à Elizabeth, l'ambiance était revenue comme à l'accoutumé lorsque John se rendait dans le bureau de la dirigeante civile de la Citée ou lorsqu'il se rencontrait au Mess ou ailleurs dans la Citée. John espérait seulement que ces secrets et ces révélations profondes et sentimentalement lourdes de valeur que s'étaient faite les deux êtres humains n'allaient pas entaché leur relation à l'avenir. Aussi bien leur relation professionnelle, qu'amicale. A peine une fraction de seconde plus tard, John eu honte d'avoir pensé à une chose aussi futile. Elizabeth pouvait certes se montrer ferme, froide voire parfois un peu hautaine mais au final elle et John partageait des valeurs simples que beaucoup du commun des mortels partageaient. Alors certes sur quelques points leur vision des choses différaient mais cela n'avait jamais agit en mal sur leur relation bien au contraire. Bizarrement, lorsque l'un tenait tête à l'autre, cela donnait un petit côté attractif voire un peu excitant. En tout les cas, John chassa cette idée de son esprit, ces révélations n'affecteraient pas leur amitié. Le ton de nouveau détendu de la conversation en témoignait fortement bien.

-Ah euh... vous n'avez pas un animal de plus gentil envers les hommes du coup? Du genre, un poisson rouge?

John disait cela sur le ton de la plaisanterie évidemment pour répondre à Elizabeth qui venait de lancer au militaire une information à propos de son chien.

Après cela, toujours sur cette trajectoire décalée et ironique, Elizabeth lui demanda si John avait besoin d'elle cela semblait évident. John fit du tac au tac et répondit directement.


-Bien sûr, la preuve, qui serait là pour me rappeler que j'ai des rapports à rédiger et mes pneus de voitures à regonfler sinon? L'air taquin de John voulait tout dire et le sourire d'Elizabeth également. Ils se cherchaient comme ça de temps à autre et John répondit au mimique de sa supérieure par un petit sourire en coin et un haussement de sourcil également.

John ne put néanmoins se retenir, il devait évoquer la chose plus sérieusement. Pour Elizabeth le fait de s'être confié à John l'avait peut être quelque peu ébranlée et mise à nue. Le militaire se devait de lui redonner confiance en elle, c'était son job de second de la soutenir et cela le tenait particulièrement à cœur... allez savoir pourquoi.

-Plus sérieusement Elizabeth, nous avons tous besoin de vous comme je vous l'ai dit. Ne vous sous-estimez pas, vous apportez énormément à cette Citée et à son personnel. Vous ne devez pas faire attention à vos détracteurs et à la CIS qui essayent de chambouler la hiérarchie, vous êtes unique et vous êtes la meilleure personne que je connaisse pour diriger cette Citée croyez moi sur parole... D'ailleurs à partir de maintenant je vous interdis de vous sous-estimez! John avait retiré son coude de la rambarde et pointait un doigt faussement accusateur envers Elizabeth et ce sur un ton de réprimande très maladroit qui sonnait faux à des kilomètres.


Spoiler:
 


Dernière édition par John Sheppard le Jeu 28 Avr - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Weir
    Atlantis ▌ Dirigeante Civile

Atlantis ▌ Dirigeante Civile
avatar

Messages : 1170
Date d'inscription : 06/01/2011

Dossier Militaire ou Civil
Géne ATA: Négatif
Disponible en RP : On
Équipe:

MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Jeu 28 Avr - 0:02

Le soleil avait enfin disparu... La nuit froide prenait la douce chaleur. Les deux astres lunaires l'avaient a présent totalement remplacé et de petites étoiles pointaient leur bout du nez en même temps que la lumière du jour diminué. C'était toujours ainsi, à chaque fin de journée, le soleil disparaissait et laissait place à l'obscurité... Heureusement les lunes restaient fidèles à leur poste pour garder un peu de lumière, comme l'espoir qui rayonne dans les moments difficiles.

Un léger vent marin venait caressait le visage de la dirigeante. Quelques unes de ses mèches rebelles virevoltaient autour de son visage si fin. Bien qu'au départ cet air était ce qu'elle recherchait, elle commençait à avoir froid... La chair de poule commença à apparaître sur ses bras, après tout elle n'était qu'en t-shirt ! Mais bizarrement, cela ne la dérangeait pas plus que cela. Elle était bien ici... Peut-être que la compagnie du colonel y était pour beaucoup... Bien qu'elle ne voulait pas se l'avouer elle savait qu'il y était pour beaucoup, même un peu trop et c'était l'un des plus grands dilemmes de sa vie actuellement. Oh dans un sens il n'y avait pas de dilemme. Elle choisissait son travail comme d'habitude. Et les sentiments du militaire étaient beaucoup trop obscures.... Certes ils se taquinaient souvent et il n'adressait ces sourires si spéciales qu'à elle... Mais d'un autre côté elle avait tellement entendu parler d'autres femmes... Et puis il y avait ce côté capitaine Kirk... Alors, oui elle lui faisait entièrement confiance...

Sauf sur le domaine de l'amour.. Et puis de toutes façons même s'il n'y avait pas ces autres femmes cela n'aurait rien changé... Il fallait déjà qu'il ressente ce même sentiment de bien-être.... Et qu'ils acceptent de mettre leur carrière en danger.. elle savait que tout c'est « si » était impossible ! Et puis pourquoi penser à cela ! Ce n'était pas comme si elle l'aimait plus qu'elle ne le devait ! Et oui se mentir à soi-même était plus simplement que d'affronter cette triste vérité...

La conversation qui était beaucoup plus privée qu'à l'accoutumé venait de se finir. En effet le colonel avait montré la sortie et Elizabeth l'avait prise tout de suite... La discussion les avait mis tous les deux dans l'embarras.... Elle espérait simplement que leur relation n'allait pas changer à cause de cela... Oh elle n'aurait surement pas le même regard sur le militaire... Elle aurait un regard plus personnel surement... Même si elle avait su dès le début qu'il culpabilisait nuit et jour au sujet de Ford... Mais le fait qu'il se confie ainsi à elle l'avait touché au plus profond de son âme... Peut-être était-elle spéciale pour lui ? Elle ne devait pas se dire ça... Elle devait même s'interdire ce genre de pensées...

Heureusement la plaisanterie du jeune homme la fit sortir de ses pensées si perturbantes... Elle ne put s'empêcher de rire discrètement. Il était drôle elle avait au moins le droit d'avouer cela !


« Si vous pouviez écrire votre testament plus rapidement que votre rapport cela m'arrangerait » ajouta-t-elle pour l'embêter un peu plus. « Surtout avec le talent que vous avez pour attirer les ennuis »

Elle lui sourit amusée par la situation. Combien de fois déjà était-il tombé sous les feux de l'ennemi ? SGA était son équipe la plus casse cou... Et pourtant ils arrivaient toujours à s'en sortir. En même temps les quatre camarades se complétaient parfaitement... Alliant sagesse, intelligence, tactique et force.... Parfois Elizabeth était triste de devoir rester derrière son bureau à attendre dans l'anxiété patiemment leur retour.... Elle aurait aimé faire partie de cette fine équipe... Mais cela lui était impossible et elle savait qu'elle n'aurait jamais les mêmes liens qui les liaient entre eux... C'était l'un des poids du commandement. Même si l'on partage le pouvoir on se retrouve seul et sans équipe...


« Je suis sûre que le Colonel Cadwell se fera un plaisir de faire le postier »
continua-t-elle sur le ton de plaisanterie.

Il lui adressa alors un beau sourire, l'un de ses sourires charmeurs auxquels peu de personne savent résister... Oh elle avait pris l'habitude.. Et même si en apparence elle semblait ne pas être totalement sous le charme du beau brun, la réalité était tout autre...

Elle s'accorda également un sourire amusé à la préférence du poisson rouge qu'avait le colonel. Si l'animal ne savait pas s'exprimer envers les nouveaux venus c'était beaucoup moins drôle ! Et puis Seth... s'était Seth ! Elle ne le changerait pour rien au monde... elle espérait d'ailleurs que l'animal allait bien...

« Le grand colonel Sheppard aurait-il peur des chiens ? » demanda-t-elle un sourire de coin se dessinant. Elle haussa également un sourcil en tournant son regard vers lui.

Un sourire se dessina de nouveau sur les lèvres de la jeune femme. Ses lèvres qui avaient été si douces pour certain et si dures d'autre. Et pourtant dans un sens les paroles du militaire n'était pas si agréable... Dans un sens elle ne servait qu'à ça ? Lui rappeler les choses ? C'était peut-être le cas... D'un côté c'était son rôle en t'en que dirigeante de la cité... Et pourtant elle cachait parfaitement sa petite déception derrière son sourire toujours aussi éclatant. Et oui elle aurait peut-être préféré quelque chose de plus... disons personnel...

Alors qu'elle croyait qu'elle en avait fini avec cette réponse le militaire ajouta quelque chose qui la toucha énormément.... Devant l'air faussement sérieux du colonel elle ne put s'empêcher de rire à gorge déployé. Elle l'avait eu finalement son approche un peu plus personnelle.

Elle attrapa le doigt faussement réprimant qui la menaçait et le baissa d'elle-même. Sans pour autant lâcher la main du militaire elle lui dit toujours riante.

« Arrêtez avec vos bètises John »

Ce fut à ce moment-là qu'elle constata qu'elle lui avait pris la main... Elle s'arrêta immédiatement de rire et regarda fixement son geste... Cela c'était fait instinctivement, elle ne s'en était réellement pas rendu compte.. C'était surement à cause de la pression qui diminuait d'un coup et les confidences passées qui lui avaient permis cette familiarité sans même s'en rendre compte.... Elle posa son regard sur leurs mains et releva ses yeux pour les plonger dans ceux du jeune homme... Ses yeux si particuliers...

Un bruit sourd s'entendit et quelques secondes plus tard elle entendit dans son oreillette.

// activation extérieure de la porte des étoiles Docteur Weir //

« J'arrive » dit-elle sans détacher les yeux du jeune homme. Elle lui adressa alors un petit sourire, lâcha cette main qu'elle n'aurait jamais dû prendre et courut presque à l'intérieur sachant que le militaire la suivrait surement de près.

Spoiler:
 

_________________
userbar

Elizabeth Weir ϟ " There's a light at each end of this tunnel" ©️ sevenleague.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    Ven 29 Avr - 16:23

La brise soufflait vraiment, les cheveux bruns de John étaient mis en bataille par ce vent. L'air salin pénétrait ses narines, une bouffée d'oxygène qui lui permit d'échapper pendant quelques secondes à cette conversation. Cette conversation il l'avait tant attendu mais aussi tant redouté. Être seul avec Elizabeth sans qu'il y ait d'oreilles et regards indiscrets, c'était rare... John avait tellement attendu ce moment. Disons qu'il avait quelque chose de lourd sur le coeur qui concernait directement sa supérieure, le Dr.Weir... Au lieu de trouver un moyen de lui avouer cela, sa maladresse avait conduit à une conversation triste. Certes les confidences de la dirigeante civile l'avait vraiment touché et témoignait de la confiance qu'elle lui accordait... Seulement maintenant tout deux étaient gênés de ces révélations et John le premier. Se confier l'avait un peu ébranlé, lui qui n'avait pas l'habitude de perdre la face et qui montrait toujours de l'assurance avait été très touché par ces confidences. Bien sûr il avait entièrement confiance en Elizabeth mais c'était le fait de se mettre à nu en lui même qui dérangeait John, il était clair que chacun allait maintenant porter un regard différent sur l'autre.

Il avait été un peu plombé par l'ambiance qui était devenu morne et gênante. Ce dialogue avait été plus l'heure des regrets, de la tristesse et des malheurs que les deux protagonistes avaient sur le cœur. Autrement dit, la situation n'était plus propice pour que John annonce qu'il avait des sentiments qu'il s'était refusé d'avouer et de s'avouer durant trois années. Il était décidément très maladroit, il aurait pu et du profiter de cette occasion mais il avait tout gâché. Pourquoi avoir fait un long discours relevant du pathos sur Ford? N'aurait t-il pas dû se refermer sur sa carapace d'acier et montrer son assurance habituelle? Il aurait du dire que tout allait bien, au lieu de ça il s'était dévoilé comme jamais. Il le regrettait peut-être un peu. A l'heure qu'il était, s'il avait commencé la conversation autrement, il aurait déjà avoué ses sentiments à Elizabeth. Au lieu de ça il s'était embourbé dans une discussion qui ne mènerait peut-être nulle part. Peut-être allait-il devoir attendre encore des mois avant qu'une telle occasion se représente.

En même temps, John connaissait un minimum Elizabeth et encore un peu plus ce soir, il avait au moins gagné cela. De toute manière, elle aurait refusé de le croire et elle aurait refusé tout simplement de partager ce sentiment avec lui c'était sûr et certain. Elle était tout le temps plongée dans le travail, elle aimait ça, peut-être qu'elle le vivait comme une échappatoire mais John voyait bien que le Dr.Weir aimait son travail et qu'elle s'y consacrait corps et âme. De la même façon, ils étaient tout les deux très pris par leur boulot, alors une relation était impossible mais aussi dangereuse car elle aurait pu effriter leur crédibilité et leur assise sur la Cité et par conséquent mettre en danger Atlantis au niveau hiérarchique mais aussi militaire.

Depuis un petit moment, John avait un peu malhabilement réorienté la conversation sur un ton plus léger et taquin comme ils avaient l'habitude d'employer lorsqu'ils se parlaient hors du cadre professionnel. L'ambiance était devenue beaucoup plus détendue mais après les confidences précédentes, John n'osait plus parler de ce qu'il éprouvait à Elizabeth. Eh oui, il ne fallait pas croire que le grand militaire d'1m88 était bourré d'assurance... il était très gauche dans de nombreux domaines y compris lorsqu'il fallait évoquer des sentiments forts et poignants. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il avait engagé la conversation sur de nouvelles bases qui lui correspondait plus et qui avait pour but de fuir toute la tristesse et tout les regrets que les deux êtres éprouvaient.

Il ne put d'ailleurs s'empêcher de rire à la remarque d'Elizabeth concernant la lenteur d'arrivée de ses rapports.

-Oh vous êtes méchante sur ce coup là... mais je dois avouer que c'est un de mes défauts... oh et puis en presque trois ans vous avez appris à vivre avec. Un petit sourire se figea sur les lèvres du militaire.

Ce sourire ne quitta plus les lèvres de John qui ne pouvait s'empêcher de le réprimer aux autres taquineries d'Elizabeth. Décidément ce jeu entre eux... était équivoque. John se refusait de penser qu'Elizabeth pouvait éprouver des sentiments tel que lui. Il avait peur tout simplement, la peur de l'après et de l'inconnu. Une peur qu'il n'avait généralement pas quand il s'agissait de Wraith ou de Réplicateurs car il était toujours sur le qui vive prêt à agir. Cependant quand il s'agissait d'amour il était loin d'être prêt. Son mariage avec Nancy avait été une catastrophe et cela l'avait fragilisé encore plus de ce côté là. Sa carapace n'était toujours pas brisée à ce niveau, c'était pour cette raison qu'il avait un air un peu dragueur et sûr de lui avec les femmes et qu'on lui prêtait beaucoup de relation à tort et à travers. Seulement l'amour était profondément enfoui en lui et n'avait décidément pas envie de s'échapper et de crier sa liberté. John s'imposait ses contraintes de même que ses responsabilités les lui imposaient. Il était bien content d'ailleurs que son travail lui serve d'excuse à lui même.

-Elizabeth j'affronte des Wraith de nombreuses fois dans le mois... Vous ne pensez tout de même pas qu'un gentil toutou me ferait peur?

John avait prit un ton un peu crâneur et assuré avant d'exprimer sa plaisanterie par un sourire sincère.

Alors que la discussion semblait redevenir sérieuse entre eux sur l'utilité d'Elizabeth envers la Cité... John lâcha une petite note d'humour à la fin avec une mimique réprobatrice sur le manque de confiance qu'avait Elizabeth en elle. Tout ce qu'il avait dit il le pensait. Cela était même plus important parce que John avait besoin d'Elizabeth plus que quiconque ici. Sans elle, il serait un peu perdu, la dirigeante le cadrait et lui apportait une sérénité salvatrice. En effet, savoir qu'Atlantis était entre de si bonnes mains rendait John plus fort de jour en jour. Il avait complètement confiance en Elizabeth. La civile était un point de repère très... trop? important pour lui.

Alors qu'Elizabeth s'était mise à rire, John en fit de même emporté par cette spontanéité... Tout d'un coup il sentit une douceur incroyable qui se saisit de son doigts avant d'envelopper toute sa main. Une douceur qui l'envahit d'un frisson avant de réchauffer sa main. La chaleur humaine d'Elizabeth venait d'entrer en contact avec la main de John et il avait l'impression que celle-ci était protéger du froid par celle de la dirigeante.

Les deux êtres s'étaient arrêté de rire et le regard de John suivit celui d'Elizabeth, leurs regards se posèrent ainsi sur leur main à présent entrelacée. Aucun ne dénia à briser ce geste qui transcendait littéralement John. Le militaire avait d'ailleurs une boule au ventre. Son sourire s'était estompé. Il releva ses yeux en même temps qu'Elizabeth et leur regard se croisèrent. Elle avait des yeux si magnifique... John avait toujours sa main dans celle d'Elizabeth et essayait de lui témoigner une certaine tendresse au travers de ce petit contact corporel.

John approcha lentement son visage de celui d'Elizabeth... Soudainement, la radio de la dirigeante annonça une activation de la Porte des Etoiles. Le devoir les rappelait à l'ordre. Elizabeth brisa en première le contact qu'il y avait entre eux. Leur main se séparèrent et elle s'éloigna. Pour autant le regard de l'un continuaient d'être plongé dans celui de l'autre... avant que la civile ne disparaissent dans le flot de lumière provenant de l'intérieur de la cité.

John resta quelques instant hébété, le regard dans le vide, la bouche un peu entrouverte. Il mit quelques secondes avant de réagir... il se gratta l'arrière du crâne lentement en se demandant ce qu'il venait de se passer, il avait un air interrogateur un peu maladroit et enfantin. Il porta une dernière fois son regard dans la brillance de la lune... puis suivit le chemin qu'avait emprunté Elizabeth... Le retour à la dure réalité!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -    

Revenir en haut Aller en bas
 

The Beauty of Pain [ pv Lt. Colonel John Sheppard ] - Terminé -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» John Sheppard
» Quartier de John Sheppard
» John Sheppard > Matt Eversman : Evénements du 13 février
» You left, I died ▲ John -retrouvailles- [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stargate SG-1/Atlantis :: Pégase - RPG :: Cité d'Atlantis :: Balcons-